/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le gros bon sens de Pamela Anderson

Coup d'oeil sur cet article

Ça me surprend toujours quand quelqu’un fait une déclaration pleine de GBS (gros bons sens) et que ça crée une controverse. Comment se fait-il qu’aujourd’hui, dire ce qui tombe sous le sens pour la majorité des gens, vous attire des tomates ?

La dernière « controverse » en lice implique l’ex-vedette de Baywatch, Pamela Anderson, qui s’est fait attaquer de toutes parts pour avoir simplement invité les femmes... à faire preuve de jugement.

Sers-toi de ton jugement

Questionnée par l’intervieweuse Megyn Kelly au sujet de l’affaire Harvey Weinstein, elle a déclaré : « Tout le monde savait que certains producteurs et certaines personnes à Hollywood sont à éviter en privé. Tu sais ce que tu risques si tu vas dans une chambre d’hôtel seule ».

Oh boy ! Elle s’est fait crier des noms et accuser de « blâmer les victimes ». Anderson a été victime d’agressions sexuelles quand elle était enfant, et a décidé à l’âge adulte qu’elle ne serait plus jamais dans une position vulnérable.

En entrevue avec Kelly, elle a rajouté : « Si quelqu’un ouvre la porte en portant un peignoir, va-t’en ! Ce sont des choses qui sont vraiment des évidences ». Et que pense-t-elle des actrices qui sont allées rencontrer Weinstein parce que leur agent leur avait dit de le faire ? « Ce n’est pas une bonne excuse. Les agents auraient dû les accompagner ».

Pas une cruche

Ce que j’aime de Pamela Anderson, c’est qu’elle ne traite pas les femmes comme des petits êtres dénués de pouvoir qui ont besoin d’être constamment protégés. Elle ne les victimise pas : elle les responsabilise !

D’ailleurs, quand elle s’est retrouvée au centre de cette controverse, au lieu de s’excuser, elle s’est tenue debout et a maintenu sa position.

Sur Instagram, elle en a même rajouté une couche : « Nous avons le pouvoir d’être en sécurité et libres en utilisant notre bon jugement. [...] Ma position n’a pas à être considérée comme problématique juste parce que je ne suis pas le troupeau commun ou la “tendance générale”. [...] N’allez pas dans des chambres d’hôtel seules pour des auditions. Les femmes sont fortes et intelligentes et nous pouvons toutes utiliser nos atouts de façon plus positive. »

Losique et Affleck

Ça m’a fait penser à une entrevue que j’ai faite à BLVD avec Anne-Marie Losique après l’affaire Weinstein.

La PDG Losique m’avait raconté que dans toutes ses interactions d’affaires, elle s’assurait de ne jamais rencontrer les gens seul à seul, mais toujours dans des endroits publics. Et jamais le soir, pour ne pas porter à confusion. Et que jamais elle n’aurait accepté de rencontrer un homme, si puissant soit-il, dans sa chambre d’hôtel.

D’ailleurs, au sujet d’Anne-Marie, dans la foulée de l’affaire Weinstein, des médias américains ont ressorti son entrevue à Box Office où elle était sur les genoux de Ben Affleck, pour essayer de la faire passer pour une pôvre victime des mains baladeuses des hommes.

Mais Losique, qui produisait déjà sa propre émission à l’époque, était pleinement en contrôle de la situation et savait très bien ce qu’elle faisait !

C’est elle qui manipulait Affleck, pas le contraire !

Arrêtez donc de penser que les femmes sont toutes des petites fleurs délicates !