/news/currentevents
Navigation

Québec leur remet un rapport rempli d’erreurs

Des sinistrés des inondations reçoivent une offre de 36 000$, alors qu’ils évaluent les travaux à 149 000$

Patrick et Katherine-Elizabeth Larivière ainsi que leurs filles Magella, 4 ans, et Adelina, 18 mois, vivent toujours dans des conditions difficiles sept mois après les inondations. Ils ignorent quand ils recevront leur chèque pour reconstruire.
Photo courtoisie, monjournal.ca Patrick et Katherine-Elizabeth Larivière ainsi que leurs filles Magella, 4 ans, et Adelina, 18 mois, vivent toujours dans des conditions difficiles sept mois après les inondations. Ils ignorent quand ils recevront leur chèque pour reconstruire.

Coup d'oeil sur cet article

DEUX-MONTAGNES | Québec offre une aide de 35 600 $ à une famille de sinistrés des Laurentides alors que ça lui coûtera 149 000 $ pour reconstruire sa maison. L’évaluation effectuée par le gouvernement est remplie d’erreurs, a constaté Le Journal.

Au mois de juin, un évaluateur mandaté par le gouvernement provincial est passé chez Katherine-Elizabeth et Patrick Larivière. La maison où ils vivent avec leurs deux enfants à Deux-Montagnes a été inondée au printemps.

Québec se base sur ce rapport pour indemniser les victimes afin qu’elles puissent reconstruire leur résidence.

Or, le rapport est rempli d’erreurs, ce qui fait que Québec offre seulement 35 600 $ au couple alors qu’une soumission évalue plutôt les travaux à 149 000 $. Pourtant, le gouvernement s’était engagé à payer 90 % des frais de reconstruction.

Patrick Larivière a rapidement repéré les nombreuses anomalies qui expliquent en partie cette évaluation à la baisse.

« Sur le rapport, le gouvernement calcule seulement 18 pieds linéaires de moulures [au bas des murs]. Ça en prend 200 pieds linéaires. Ce n’est qu’un des nombreux exemples qui jouent sur l’offre du gouvernement. Le montant offert n’a aucun sens », explique Mme Larivière.

Chez ses parents

Sept mois après les inondations, les membres de la famille Larivière vivent toujours à Montréal chez les parents du père. Ils ne voient pas la lumière au bout du tunnel.

« Je pars régulièrement de Montréal pour aller porter ma fille à la garderie à Deux-Montagnes pour ensuite retourner travailler au centre-ville de Montréal », lance Katherine-Elizabeth Larivière.

Le couple avait toujours une hypothèque de 150 000 $ qu’il doit continuer à payer, même si sa maison est inhabitable. Il venait tout juste d’emprunter 75 000 $ et d’effectuer des travaux quand le sinistre a frappé.

Mme Larivière estime que s’ils avaient décidé d’abandonner la demeure et de déménager ailleurs plutôt que de reconstruire, ils n’auraient pas eu tous ces problèmes.

« Notre voisin d’à côté a reçu 200 000 $. Il est déménagé dans un autre quartier, dans une autre maison. Nous avons fait la gaffe de vouloir reconstruire », dit-elle.

Fautes avouées

Le ministère de la Sécurité publique a reconnu que le rapport d’évaluation contenait plusieurs erreurs. Katherine-Elizabeth et Patrick Larivière n’avaient plus de nouvelles de Québec depuis plus d’un mois.

Or, le gouvernement les a contactés mardi après l’appel du Journal pour leur dire qu’un nouveau rapport serait produit bientôt

Louise Quintin, relationniste au Ministère, affirme qu’elle fera des vérifications dans ce dossier.

— En collaboration avec monjournal.ca

 

L’évaluation bâclée de Québec

Travaux Proposé par Québec Soumission privée
Quart de rond 8 pieds 200 pieds
Fourrure 865 pieds carrés 1440 pieds carrés
Isolation rigide 601 pieds carrés 644 pieds carrés
Isolant laine 359 pieds carrés 660 pieds carrés
Isolant pare-vapeur 359 Pieds carrés 660 pieds carrés
Électricité Rien À faire
Plomberie Rien À faire
Placoplâtre 1826 pieds carrés 2429 pieds carrés
Peinture 2384 pieds carrés 7287 pieds carrés (3 couches)