/news/society
Navigation

La Fraternité des policiers veut «collaborer» au redressement du SPVM

Le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francoeur
Photo d'archives Agence QMI, MAXIME DELAND Le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francoeur

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La Fraternité des policiers et policières de Montréal a assuré avoir l'intention de collaborer avec le nouveau directeur par intérim du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Martin Prud'homme, nommé mercredi en remplacement de Philippe Pichet par le ministre Martin Coiteux.

Le syndicat représentant les policiers du SPVM avait déjà indiqué au cours de l'automne 2016 que le directeur du SPVM n'était plus «l'homme de la situation» pour redresser le corps policier. Ce dernier a été suspendu de ses fonctions avec solde, mercredi.

Selon le président de la Fraternité, Yves Francoeur, «il était temps que le SPVM s’engage dans un processus pour regagner la confiance du public et des policiers et policières, fortement ébranlée au courant des dernières années».

M. Francoeur a assuré qu'il est prêt à rencontrer l'administrateur et directeur temporaire et que son syndicat offrira sa «pleine collaboration pour redresser le SPVM».

«Le SPVM doit être remis sur pied et nous allons y concourir», a-t-il ajouté par voie de communiqué.

Un travail «colossal» attend toutefois Martin Prud'homme, a averti la Fraternité, qui l'invite à produire un plan de redressement le plus rapidement possible.

Actuellement directeur de la Sûreté du Québec, Martin Prud'homme a quitté ses fonctions temporairement pour prendre, provisoirement, la tête du SPVM. L'annonce a été faite par le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, dans la foulée du dévoilement du rapport Bouchard qui fait état d'un «climat de tension et de suspicion» au SPVM.