/news/politics
Navigation

Le bras droit de Philippe Couillard, Juan Roberto Iglesias, quitte ses fonctions

Le plus haut fonctionnaire du Québec et bras droit de Philippe Couillard, Juan Roberto Iglesias, devrait quitter son poste mercredi après-midi.
Photo Simon Clark Le plus haut fonctionnaire du Québec et bras droit de Philippe Couillard, Juan Roberto Iglesias, devrait quitter son poste mercredi après-midi.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le plus haut fonctionnaire du Québec et bras droit de Philippe Couillard, Juan Roberto Iglesias, a quitté son poste, mercredi après-midi.

Le conseil des ministres a entériné son départ, en plus de nommer André Fortier comme remplaçant à titre de secrétaire général et greffier du Conseil exécutif. M. Fortier occupait depuis 2003 diverses fonctions au sein du ministère du Conseil exécutif.

Ce mouvement dans la garde rapprochée du premier ministre fait suite au départ de son chef de cabinet, Jean-Louis Dufresne, en septembre dernier.

Même si les raisons officielles du départ de M. Iglesias n’ont pas été communiquées, Philippe Couillard a laissé entendre, en entrevue au FM93, que des changements comme ceux apportés à son cabinet au cours de l’automne, notamment avec le départ M. Dufresne, sont parfois nécessaires.

«Parfois, on souhaite que les changements se fassent, a dit le premier ministre. Vous savez, c’est normal. Même dans les postes de radio, il arrive qu’on change de personnel. Le changement, ça fait partie de la vie, ce n’est pas une menace, il faut y être prêt dans la vie d’aujourd’hui.»

Un ami de longue date

M. Iglesias, un ami de longue date du premier ministre, était le premier fonctionnaire de l’État depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement Couillard, en 2014.

Il avait cependant dû s’absenter plusieurs semaines à l’automne en raison de problèmes de santé.

«On se connaît depuis longtemps, a reconnu M. Couillard, lors de son passage dans les studios du FM93. C’est un homme public remarquable. Il a une longue, longue carrière de services publics, autant dans le domaine de la santé que, bien sûr, à la tête de la fonction publique québécoise.»

Le premier ministre a vanté les «connaissances remarquables» de M. Iglesias, un homme «excessivement efficace pour juger des dossiers, les régler les faire avancer», a-t-il souligné.

«On va s’ennuyer de lui, mais on a André Fortier qui prend la relève et puis c’est comme ça dans une organisation, il doit y avoir des changements», a ajouté le premier ministre.

Une «perte importante»

À la sortie du conseil des ministres, Pierre Moreau a salué à son tour la contribution de M. Iglesias, qui a «rempli sa tâche avec brio», estime-t-il.

«Il nous accompagne encore pour assurer une transition. C’est un homme pour qui j’ai le plus grand respect», a ajouté le ministre des Ressources naturelles.

Pour sa part, la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a parlé d’une «perte importante» pour la fonction publique québécoise.

«M. Iglesias a une très bonne écoute et prend le temps qu’il faut», a-t-elle souligné.