/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le monde est fou

Coup d'oeil sur cet article

Je ne sais pas vous, mais quand je regarde le monde aller, par moments, j’ai l’impression de vivre en Absurdistan.

Dans le monde culturel, au cours des dernières semaines, j’ai vu passer des nouvelles qui m’ont complètement interloquée.

VIRÉ SUR LE TOP

– La chanteuse Pink a affirmé en entrevue qu’elle élevait ses enfants dans un environnement non genré, non binaire. Autrement dit, elle les élève sans tenir compte du fait qu’il/elle soit une/un fille/garçon ou... une licorne.

– À New York, une pétition a été signée par plus de 8700 personnes pour réclamer qu’un tableau du peintre Balthus soit retiré du Metropolitan Museum of Art car il représenterait une valorisation de la pédophilie. On y voit une jeune fille en robe, dont la jambe relevée révèle un début d’amorce de commencement de petite culotte.

La femme qui a lancé la pétition, Mia Merrill, a dit regretter que « dans le climat actuel où les accusations et les agressions sexuelles se multiplient, le musée encourage le voyeurisme et l’objectivation des enfants ».

– Une mère de famille britannique réclame que les établissements scolaires retirent La belle au bois dormant de leurs étagères parce que cette œuvre serait, selon elle, un exemple de banalisation de violence sexuelle. Pourquoi ? Parce que le prince embrasse la belle... SANS SON CONSENTEMENT ! Méchant prédateur sexuel, quel cochon, ce porc mérite d’être balancé, vous ne trouvez pas ?

– À Berlin, dans une exposition de photos portant le titre Le Musée des martyrs, on brosse le portrait d’hommes et de femmes qui sont morts pour « leurs idées ». On y place sur le même pied le philosophe grec Socrate, le défenseur des droits des Noirs Martin Luther King, Jeanne d’Arc qui a bouté les Anglais hors de France... et un des terroristes du Bataclan : Omar Mostefaï qui a tué 90 innocents en novembre 2015. Ah oui, on y retrouve aussi Mohammed Atta, l’un des terroristes qui ont détourné le premier avion qui a frappé le World Trade Center le 11 septembre 2001, et les auteurs des attentats terroristes islamistes de Bruxelles en 2016.

Socrate et des salauds, même combat. Luther King et des soldats d’Allah, sur le même pied d’égalité.

RÉÉDUQUONS LES HOMMES

Dans un texte du Devoir portant sur la culture du viol dans les œuvres québécoises, on a pu lire l’idée suivante lancée par Julie Châteauvert, chercheuse universitaire en arts à l’UQÀM...

« On a besoin d’envoyer l’entièreté de la population dans des ateliers d’éducation somatique, et surtout les hommes. [...] Quand on pense à transformer la culture du viol, on y pense par le biais de la représentation et de l’éducation, ce qui est essentiel. »

C’est quoi des ateliers de somatique ? Ce sont des ateliers où l’on « expérimente le mouvement organique, celui où tout l’organisme fonctionne comme une unité ».

Je suis tout à fait d’accord avec Michel Trudeau – qui, avec Fabienne Larouche, produit Unité 9.

Après cet article délirant, il a écrit sur Twitter : « Et si nous assistions, par la rectitude politique, à l’installation d’un nouveau stéréotype, celui du “mâle” inadéquat que les femmes doivent transformer ? »

Suis-je seule à trouver que le monde est rendu fou ?