/finance/business
Navigation

Novacap met la main sur Joseph Ribkoff

C’est la première fois que le fonds d’investissement s’intéresse au prêt-à-porter féminin

Depuis 1957, Joseph Ribkoff crée des collections destinées aux femmes. La chaîne est présente dans plus de 64 marchés à l’international. « Des gens y travaillent depuis 20, 30 et même 40 ans », partage M. Ribkoff.
Photo courtoisie Depuis 1957, Joseph Ribkoff crée des collections destinées aux femmes. La chaîne est présente dans plus de 64 marchés à l’international. « Des gens y travaillent depuis 20, 30 et même 40 ans », partage M. Ribkoff.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir clôturé un fonds de 840 millions $ en technologie l’été dernier, le fonds d’investissement Novacap achète la griffe de vêtements féminins d’ici Joseph Ribkoff avec le Fonds de solidarité FTQ et des membres de la société, pour un montant qui n’a pas été dévoilé.

« Chaque fois que je m’imaginais vendre la compagnie... j’en étais incapable ! Je comprends les personnes comme Jean Coutu. Je brasse des affaires depuis 60 ans. C’est plus qu’une entreprise, c’est une famille », a confié au Journal son fondateur, Joseph Ribkoff.

M. Ribkoff avait trois offres d’achat agressives sur la table. Deux québécoises et une ontarienne. Il s’est naturellement tourné vers une proposition de chez nous. « Je suis marié à une francophone. Je ne veux pas être ailleurs qu’au Québec. La province a tout donné à mes parents et à ma famille. Ça allait de soi », partage-t-il.

Tripler sa croissance

Même si la vente de son entreprise ne s’est pas faite sans un léger pincement au cœur, l’homme de 81 ans regarde vers l’avant et mise sur le sang neuf.

M. Ribkoff pense doubler ou tripler le chiffre d’affaires de la compagnie d’ici les cinq à sept prochaines années grâce à son nouvel acquéreur Novacap.

Pour Domenic Mancini, associé senior chez Novacap et nouveau président du conseil de Joseph Ribkoff, la compagnie de mode vaut son pesant d’or. « Nous nous intéressons aux fleurons québécois, aux compagnies bien gérées. Joseph Ribkoff est connu mondialement », a-t-il souligné.

M. Mancini note que Joseph Ribkoff est présent dans de nombreux pays, notamment en Europe, mais pas encore dans toutes les villes... Il y voit donc un potentiel de croissance inestimable.

Novacap a l’habitude d’investir dans des entreprises valant entre 30 millions $ et 300 millions $. Le fonds a aujourd’hui plus de 2,26 milliards $ sous gestion.

Appui du fonds FTQ

Le vice-président principal, ressources naturelles, manufacturier et services, Fonds de solidarité FTQ, Jean Wilhelmy a aussi salué la nouvelle mercredi. « Notre investissement dans ce fleuron du secteur québécois de la mode démontre la volonté du Fonds de solidarité FTQ d’appuyer la croissance des entreprises d’ici sur les marchés internationaux », a-t-il souligné.

Rappelons que le Fonds de solidarité FTQ a un actif dépassant les 13,1 milliards $.