/news/society
Navigation

Son bateau retrouvé après des mois à dériver sur l’Atlantique

Le bateau de Joseph Gagnon est récupérable une fois réparé, comme on peut le voir sur cette photo prise par des pêcheurs anglais qui habitent dans les Cornouailles.
Photo courtoisie Le bateau de Joseph Gagnon est récupérable une fois réparé, comme on peut le voir sur cette photo prise par des pêcheurs anglais qui habitent dans les Cornouailles.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JEAN-PORT-JOLI | Lorsqu’il a chaviré et a lutté pour sa vie sur l’Atlantique en juillet dernier, l’aventurier de Saint-Jean-Port-Joli Joseph Gagnon avait peu d’espoir de retrouver son bateau. Il lui sera pourtant rendu à temps pour Noël.

Joseph Gagnon et son coéquipier irlandais Brian Conville ont dû abandonner Evelyne, leur bateau adapté à la traversée à la rame sur l’Atlantique qui vaut plus de 100 000 $, lorsqu’ils ont chaviré à la toute fin de l’aventure.

Attachés à leur bateau, ils sont restés dans l’eau froide pendant plusieurs heures, incapables de retourner leur bateau. Ils ont été secourus par la Garde côtière irlandaise et sont rentrés à la maison sans le bateau.

«C’est sûr que j’avais un petit peu d’espoir, mais je savais que les chances de le retrouver étaient très faibles», a dit Joseph Gagnon, âgé de 20 ans.

Joseph Gagnon et son coéquipier Brian Conville sur le bateau à Saint-Jean-Port-Joli lors de leur préparation précédent leur départ l’été dernier.
Photo courtoisie, Claire Martin
Joseph Gagnon et son coéquipier Brian Conville sur le bateau à Saint-Jean-Port-Joli lors de leur préparation précédent leur départ l’été dernier.

Un message d’espoir

À la mi-septembre, deux mois après la fin abrupte du périple, il a reçu un message du «Receiver of wreck», une organisation qui redonne aux bonnes personnes leur matériel perdu sur l’eau.

Des pêcheurs d’Angleterre, qui sont tombés accidentellement sur Evelyne avec leur chalutier, avaient ramené le bateau à terre. «Ç’a pris des semaines avant de savoir si le bateau était récupérable», indique l’aventurier, qui a pu le voir en photo et être certain qu’il était réparable il y a quelques jours seulement.

Evelyne partait donc à bord d’un conteneur mercredi et devait arriver juste à temps pour Noël.

«On sait qu’on peut le réparer et on voulait vraiment le récupérer pour ma traversée en solo de l’été prochain», a dit Joseph Gagnon.

Joseph Gagnon et Brian Conville
Photo courtoisie
Joseph Gagnon et Brian Conville

En solo

Il maintient d’ailleurs le cap sur ce projet, malgré les difficultés éprouvées l’été dernier lors de sa traversée en duo. «J’ai appris beaucoup. Je me suis rendu compte que j’étais capable de le faire en solitaire, puisque je suis ressorti en leader quand mon coéquipier a rencontré plus de difficultés et quand j’ai dû prendre des décisions pour survivre à la fin de l’aventure», conclut celui qui est le protégé de Mylène Paquette, devenue célèbre après avoir traversé l’Atlantique Nord en solo en 2013.