/news/provincial
Navigation

Cabinet de l’opposition: Gosselin embauche Mario Hudon et trois autres personnes

L'ancien animateur au FM93, Mario Hudon, travaillera à titre d’«attaché politique» au sein du cabinet du chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, à l’Hôtel de Ville.
Photo d'archives, Stevens LeBlanc L'ancien animateur au FM93, Mario Hudon, travaillera à titre d’«attaché politique» au sein du cabinet du chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, à l’Hôtel de Ville.

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin, vient de recruter ses quatre premiers employés à son cabinet, dont Mario Hudon qui oeuvrera à titre d’«attaché politique».

L’ex-animateur radiophonique du FM93 fait partie du premier groupe d’employés dont l’embauche a été entérinée par le comité exécutif de la Ville de Québec. Il aura un horaire de travail de 35 heures/semaine jusqu’au 31 décembre 2017. Son mandat pourrait ensuite être renouvelé en début d’année 2018.

Martin Paquet, un ex-journaliste de CHOI-FM et ex-organisateur politique pour les conservateurs qui assure les relations avec les médias depuis peu pour Québec 21, devient pour sa part chef de cabinet. Son mandat est de courte durée, jusqu’au 15 décembre prochain, mais il estime à 90 % ses chances de poursuivre l’aventure en 2018.

Le chef de Québec 21 Jean-François Gosselin a également recruté un autre membre de son équipe de candidats lors de la dernière campagne électorale. Défait dans Vanier-Duberger, Pierre-Luc Arseneau a décroché un poste de recherchiste jusqu’à la fin de l’année.

Enfin, l’agent officiel et directeur de campagne de Québec 21 Serge Marcotte aura un rôle important à titre de «conseiller politique senior» au cabinet de l’opposition. M. Marcotte a déjà siégé au sein de l’exécutif national du Parti conservateur du Canada. Il est le seul des quatre nouveaux employés dont le mandat a été confirmée jusqu’à la fin de l’année 2018.

Du mouvement en janvier

D’autres changements surviendront en janvier, a confirmé M. Paquet. «Dans le temps des fêtes, on va pouvoir préciser qui va être là au mois de janvier, qui va être à temps plein ou à temps partiel. Il y a d’autres postes qui vont s’ajouter aussi parce qu’on ne sera pas juste quatre. C’était une question d’urgence, il fallait se nommer une équipe pour faire la transition et au mois de janvier, on va réajuster les postes», a-t-il indiqué.

Étrangement, les conditions salariales des nouvelles recrues de M. Gosselin et de la nouvelle adjointe administrative du conseiller de Démocratie Québec Jean Rousseau avaient été caviardées des sommaires décisionnels diffusés jeudi matin, alors que les salaires au cabinet du maire et ceux de l’ancienne opposition avaient toujours été rendus publics de cette façon.

La Ville de Québec a plaidé l’erreur de bonne foi au service du greffe et a acheminé aux journalistes de nouveaux documents en après-midi. Le plus haut salarié est le chef de cabinet Martin Paquet qui reçoit 50$/heure. Sur une base annuelle, cela représente un salaire de plus de 90 000 $.

M. Marcotte recevra quant à lui 60 000 $/an alors que Mario Hudon sera rémunéré au taux horaire de 28 $, ce qui correspond à un salaire annuel de près de 51 000 $. Le recherchiste Pierre-Luc Arseneau obtient 23$/heure à raison de 15h/semaine. Le salaire des trois premiers sera versé rétroactivement au 6 novembre.

La nouvelle adjointe administrative de Jean Rousseau, Élodie Chamard-Bergeron, travaillera seulement 1,25 jour/semaine pour un salaire hebdomadaire d’environ 210 $.