/sports/hockey
Navigation

Markov encourage les Russes à participer aux JO

OLY-2014-IHOCKEY-USA-RUS-MEN
Photo d'archives, AFP Andreï Markov a souvent fait partie de l’équipe nationale russe, que ce soit aux Jeux olympiques ou aux Championnats du monde.

Coup d'oeil sur cet article

KAZAN | La décision du comité international olympique de bannir la Russie des Jeux de Pyeongchang a provoqué une véritable onde de choc au pays de Vladimir Poutine. Au lendemain de cette annonce, tous les journaux et les bulletins de nouvelles traitaient de cette suspension historique.

Cependant, personne n’est tombé de sa chaise. Avec tous les scandales de dopage qui ont éclaboussé le Comité olympique russe depuis les Jeux de Sotchi, c’était écrit dans le ciel.

Quelques heures après que le président Vladimir Poutine eut annoncé que la Russie ne boycotterait pas les Jeux olympiques, Oleg Znarok, à la fois entraîneur du SKA de St-Pétersbourg et de la formation nationale de hockey masculin, a indiqué que les Russes participeraient au tournoi olympique sous les couleurs neutres.

« Ça demeure quand même une équipe nationale », a-t-il sèchement répondu après la victoire des siens sur le AK Bars à Kazan.

Des sacrifices à récompenser

Bien qu’il n’entretienne pas l’espoir d’être choisi par Znarok qui, selon lui, se tournera davantage vers la jeunesse, Andreï Markov a accueilli cette décision avec joie.

« C’est sûr que c’est un peu dommage pour les athlètes de ne pas pouvoir prendre part aux compétitions sous le drapeau et l’hymne national russes, mais les gens seront tout de même au courant que ce sont des Russes », a déclaré le défenseur.

En effet, ceux qui seront invités à Pyeongchang concourront sous la bannière d’Athlètes olympiques de Russie. On est loin de l’appellation Communauté des États indépendants, tel que présenté aux Jeux olympiques d’été et d’hiver de 1992, à la suite du démantèlement de l’Union soviétique.

« Les Jeux olympiques, c’est gros pour n’importe quel athlète. Pour certains, ce sera l’unique occasion d’y prendre part. Tu prépares ton corps, tu fais d’énormes sacrifices. C’est pour ça que je les encourage à y participer et à faire de leur mieux. »

Envahi par le SKA et le CSKA

Lorsqu’on prend connaissance de la formation russe qui prendra part à la Coupe Channel One, troisième tournoi préparatoire en prévision des Olympiques, une réalité frappe.

Des 27 joueurs invités par la Fédération de hockey russe à cette compétition, 15 portent les couleurs du SKA de St-Pétersbourg, alors que 10 portent celles du CSKA de Moscou. Un arrière provenant de Iaroslavl et un gardien évoluant pour Magnitogorsk sont les deux seuls intrus.

« Vous vous souvenez de l’Armée rouge ? Le SKA et le CSKA sont des descendants directs de cette équipe, a expliqué au Journal un membre de l’organisation du AK Bars. Ce sont les deux équipes les plus riches, donc celles qui ont l’argent pour attirer les meilleurs joueurs. En plus, les joueurs connaîtront déjà les systèmes de jeu puisque Znarok est leur entraîneur à longueur d’année. »

Non admissible pour le Canada

Par ailleurs, bien que Markov détienne la citoyenneté canadienne, il n’est pas admissible à représenter le Canada aux prochains Jeux olympiques, selon la réglementation apparaissant sur le site de la Fédération internationale de hockey sur glace.

Pour ce faire, un athlète doit posséder une « carte internationale de transfert » émise et approuvée au moins quatre ans avant le début de la compétition internationale à laquelle il souhaite participer.

Dommage pour ceux qui rêvaient de voir Markov avec une feuille d’érable sur la poitrine. À quelque 70 jours de l’ouverture des Jeux, c’est un peu trop tard.