/misc
Navigation

La zizanie des motions à l’Assemblée nationale

La zizanie des motions à l’Assemblée nationale

Coup d'oeil sur cet article

La période du dépôt des motions s’est transformée en véritable cacophonie, jeudi, au salon bleu, alors que la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Maryse Gaudreault, a quelque peu perdu le contrôle de la chambre.

«Mon Dieu que ç'a été compliqué», s’est-elle exclamée, au bout de plusieurs minutes de véritable brouhaha.

 

Les justiciers improvisés

Le mot «improvisation» s'impose comme l'insulte de la fin de l'automne 2017, alors que libéraux, caquistes et péquistent se le lancent constamment au visage. 

La palme de l’attaque du jour est décernée au ministre des Finances qui a qualifié les députés de la Coalition avenir Québec de «justiciers improvisés».

 

M. Leitao a aussi déploré que les caquistes essaient d’être «mesquins avec le gouvernement», en employant des «petites pointes» pour «marquer des points politiques».

«Ils ne sont pas capables de se retenir, et donc d'ajouter toujours à la fin une petite pointe pour essayer d'agacer le monde», a-t-il déploré.

Petite pointe

Parlant de petite pointe, le leader de l’opposition officielle, Pascal Bérubé, a lancé une flèche à LaPresse, pour sa primeur au sujet du régime transitoire de taxation scolaire.

La zizanie des motions à l’Assemblée nationale
Photo Simon Clark/Agence QMI

 

«M. le Président, effectivement, ça semble correspondre à ce qu'on a pu lire dans LaPresse de mardi dernier. Alors, nous souhaitons des tenues... des consultations particulières sur ce projet de loi, et on rappelle que le lieu où doivent être déposés les projets de loi, c'est à l'Assemblée nationale», a-t-il lancé au ministre de l’Éducation qui venait de déposer son projet de loi.

Le «matamore ministériel»

La députée péquiste Agnès Maltais s’est montrée très critique à l’endroit du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qu’elle qualifie de «matamore ministériel» qui «a utilisé ses pouvoirs pour mener une vendetta personnelle au détriment de la santé des Québécois».

Mme Maltais faisait évoquait un reportage de LaPresse qui rapporte que M. Barrette aurait notamment fait référence à l’assassinat d’un collègue, en 2009, à l’époque où il était radiologiste. L’enquête faisait aussi état des cas de menace, et de langage inadéquat. M. Barrette s’est par la suite défendu de faire de l’intimidation.

Le spectre du «Pasta Gate» revient hanter l’Assemblée nationale

La motion adoptée à l'Assemblée nationale pour l’abandon de la formule Bonjour/Hi utilisée dans de nombreux commerces pour accueillir les clients, a fait ressurgir le spectre du «pastagate», cette controverse provoquée par des enquêteurs de l’Office de la langue française qui ont reproché à un restaurateur, en 2013, d’utiliser les mots «pasta» et «steak» sur ses menus, ce qui avait donné mauvaise presse au Québec partout dans le monde. 

La zizanie des motions à l’Assemblée nationale
Photo Canada Alive!

 

«On se souviendra que, lors des débats, j'ai émis la crainte que tout ça soit traité de façon un peu ridicule à l'extérieur du Québec, et je dois dire que les événements ont donné raison à cette crainte. On se souvient de l'ancien épisode du «pastagate» il y a quelque temps, on a quelque chose qui ressemble à ça dans les médias internationaux», a déclaré le premier ministre Philippe Couillard.

Ce dernier, s’est par la suite exprimé en anglais en chambre, pour croyant ainsi limiter les dégâts qu'aprovoqué l'adoption de cette motion, auprès de la communauté anglophone

La guignolée, la guignolée!

En ce jour de grande guignolée des médias, plusieurs députés ont donné généreusement dans les corridors de l'Assemblée nationale!

C’est le cas de la ministre de la Justice Stéphanie Vallée!