/news/politics
Navigation

Menaces et insultes: Barrette dit ne pas faire d’intimidation

Periode des questions
Simon Clark/Agence QMI Lorsqu'il a fait référence à l’assassinat d’un collègue, c’était «une image» exprimée dans un party de Noël tendu, a expliqué le ministre de la Santé.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Lorsque Gaétan Barrette a fait référence à l’assassinat d’un collègue, en 2009, c’était «une image» exprimée dans le contexte d’un party de Noël particulièrement tendu, s’est défendu le ministre de la Santé, jeudi matin

«Carignan (un collègue médecin), lui, il poignarde les gens dans le dos. Mais moi, je vais le poignarder de face, jusqu'à tant qu’il meure», aurait dit le ministre, à l’époque où il était radiologiste à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont.

«Ce sont des conversations de souper de Noël. [...] Je peux vous dire qu’à ce souper de Noël là, l’ambiance n’était pas trop jojo», a expliqué le ministre Barrette, jeudi matin, en riant.

M. Barrette réagissait à une enquête de La Presse dans laquelle sont répertoriés plusieurs épisodes de langage inadéquat tenus par le ministre, à l’époque où il était radiologiste.

Selon le quotidien montréalais, M. Barrette aurait plutôt tenu de tels propos lors d’un appel téléphonique au docteur Robert Fillion, le 3 septembre 2009.

M. Barrette aurait également indiqué, à l’époque, qu’il allait «détruire un par un» ses collègues. Lorsqu’il est devenu ministre, soutient le quotidien montréalais, il aurait ensuite tenté de supprimer l’échographie cardiaque du champ de compétence des radiologistes. Les médecins concernés y ont vu une vengeance personnelle.

Malgré les termes crus et les menaces, M. Barrette refuse de se considérer comme un intimidateur.

Ses gestes auraient quand même pu être perçus comme de l’intimidation par les autres, avoue-t-il.

«Il n’y a aucun doute que des gens se sentent bousculés», a-t-il également admis.

En ce qui a trait à son intention d’empêcher les radiologistes de pratiquer des échographies cardiaques, M. Barrette considère un «hasard» si cela touche d’anciens collègues avec qui il a entretenu une relation tendue.