/sports/hockey
Navigation

Structure intégrée du Blizzard: la scission sera effective la saison prochaine

Structure intégrée du Blizzard: la scission sera effective la saison prochaine
Photo: Courtoisie Hockey Canada

Coup d'oeil sur cet article

La division de la structure intégrée du Blizzard du Séminaire Saint-François se mettra en branle de façon graduelle à partir de la saison prochaine et s’étendra jusqu’en 2021-2022, a annoncé mercredi soir le responsable du projet, Jérôme Martel, lors d’une rencontre d’information tumultueuse à Québec.

M. Martel, qui est d’abord et avant tout le directeur général de l’Association hockey mineur de Charlesbourg, a annoncé les grandes lignes du projet mercredi soir devant une centaine de membres, dont plusieurs contestataires.

Comme rapporté dans Le Journal le 23 novembre dernier, les six associations de hockey mineur de l’est et du centre de la région de Québec proposent que les hockeyeurs d’élite résidant sur leur territoire puissent évoluer pour un programme de sports-études à l’est de la ville, pour des raisons de logistique et d’accessibilité. En ce moment, tous les joueurs évoluant au niveau AAA doivent se rapporter au Séminaire Saint-François.

PROCESSUS GRADUEL

Toutefois, la scission ne se fera pas dramatiquement. L’an prochain, seules les équipes pee-wee AAA et AAA-relève, soit les joueurs nés en 2006 et 2007, seront affectées. Ces derniers pourront toutefois fréquenter l’école de leur choix (dans l’est), car le programme officiel de sports-études ne sera mis en place qu’à la saison 2019-2020, au cours de laquelle l’équipe bantam relève s’ajoutera.

Le bantam AAA en 2020-2021 et le midget espoir la saison suivante emboîteront le pas par la suite.

Quatre institutions scolaires ont été approchées jusqu’à présent pour héberger le programme de sport-études hockey de la portion est de la structure intégrée du Blizzard, soit l’Académie Saint-Louis, qui a refusé en raison de son implication au hockey scolaire, l’école secondaire de La Seigneurie, l’école secondaire Cardinal-Roy ainsi que l’école Saint-Jean-Eudes.

« Les parents des jeunes touchés l’an prochain sont les plus mécontents. Par contre, le processus de sélection d’une école prend du temps. Il y a plusieurs choses à prendre en compte, dont la proximité du réseau routier. On fera une recommandation en janvier », mentionne M. Martel.

OUVERTURE

Ce dernier assure toutefois que certains joueurs de l’est pourront continuer d’aller à l’école à l’ouest si les parents présentent des raisons valables d’accessibilité au comité.

« Si un parent travaille dans l’ouest et que c’est plus simple pour lui, on ne le privera pas, c’est certain, ajoute M. Martel. Toutefois, on ne créera pas un territoire libre. On voit ce que ça fait dans le football universitaire canadien. Quand les joueurs décident où ils vont, il y a toujours des équipes plus fortes que d’autres et le développement des joueurs n’est pas optimal. »

À noter qu’il a également été décidé, pour des raisons logistiques, que les joueurs du niveau élite de Val-Bélair continueraient d’aller au Séminaire Saint-François.