/news/society
Navigation

Une ado est parvenue à se sortir de l'enfer de l'intimidation

Arianne, 15 ans, raconte comment elle est parvenue à se sortir de l'enfer de l'intimidation.
Capture d'écran TVA Nouvelles Arianne, 15 ans, raconte comment elle est parvenue à se sortir de l'enfer de l'intimidation.

Coup d'oeil sur cet article

Deux semaines après le suicide d'un jeune de 15 ans de Saint-Bruno-de-Montarville, une adolescente de Saint-Modeste s’est confiée à TVA Nouvelles et a témoigné de ce qu’elle a vécu.

Le témoignage d’Arianne est à la fois triste et rempli d’espoir, parce qu’elle a réussi à s’en sortir. Tout a commencé lorsqu'Arianne est arrivée au secondaire.

Elle avait ce qu’elle considère maintenant comme de mauvaises fréquentations. Elle a eu un conflit avec une autre fille qui était très populaire, semble-t-il, et qui a fait d’Arianne la tête de Turc.

Pendant des mois, elle a été victime d’agressions physiques et verbales. En février dernier, Arianne a changé d’école et s’est fait un nouveau cercle d’amis et ses problèmes se sont dissipés en grande partie.

Aujourd’hui elle va bien, mais elle a déjà eu des idées noires: «Oui souvent, mais j’ai arrêté. Je me suis dit ça ne sert à rien que je me suicide. Je vais perdre tout mon avenir, tout ce que je veux faire. Je vais perdre tous mes rêves, cela n’exaucerait pas ce que j’ai besoin et on a tous une vie à vivre, je pense.»

«Il ne faut jamais se laisser influencer, il ne faut pas s’arrêter à l’intimidation et il faut dénoncer surtout parce que ce qu’on ne dénonce pas ça ne va jamais arrêter», ajoute-t-elle.

Ceux qui sont témoins de gestes d’intimidation ont aussi un rôle à jouer, en condamnant et dénonçant l’intimidation croit-elle. Arianne a pu compter sur une connaissance, Anabelle Malenfant, qui s’est portée à sa défense durant sa période creuse et Anabelle est fière de l’avoir fait.

«Quand les gens parlaient en mal d’Arianne, je les raisonnais, je leur disais non. Qu’est-ce qu’elle t’a fait pour que tu lui fasses ça? Est-ce qu’elle le mérite vraiment? Est-ce qu’elle l’a cherché? Non, je ne pense pas. Elle ne mérite pas ça. Moi j’ai déjà fait de l’intimidation et j’ai compris que ça faisait juste détruire les autres.»