/investigations/health
Navigation

41 M$ pour être ponctuels

Un extra de 105$ est remis aux chirurgiens pour que les salles d’opération ouvrent bel et bien à 8 h le matin

Bloc sante operation
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard a versé depuis trois ans 41 millions $ en primes uniquement pour que des médecins arrivent et terminent à l’heure dans les salles d’opération des hôpitaux.

Les médecins spécialistes qui font des interventions chirurgicales ont bel et bien droit à une « prime d’assiduité » pour que les salles d’opération des hôpitaux soient en activité entre 8 h le matin et 16 h l’après-midi, du lundi au vendredi.

Cette prime, que plusieurs Québécois aimeraient sans doute avoir, est inconnue du grand public et méconnue même dans le monde de la santé... sauf pour ceux qui travaillent dans les blocs opératoires, a pu observer notre Bureau d’enquête depuis deux mois.

Pour les chirurgiens, cette prime est de 105 $ s’il y a prise de contact de l’anesthésiste avec le patient à opérer entre 7 h et 8 h le matin.

Celle-ci est ensuite de 21 $ par 15 minutes pour le travail effectué après 15 h l’après-midi.

Ces primes d’assiduité représentent environ 7500 $ par médecin qui opère, selon des données obtenues auprès de la Régie de l’assurance maladie du Québec. Il a fallu trois semaines à notre Bureau d’enquête pour obtenir des précisions sur ces primes qui ont bénéficié à plus de 1900 médecins, seulement l’an dernier.

Améliorer l’accès ?

L’objectif de ces primes est de permettre « un meilleur accès des patients aux blocs opératoires et aux plateaux techniques », selon une porte-parole du ministère de la Santé, Noémie Vanheuverzwijn.

Mais selon des chiffres obtenus du ministère, le nombre d’opérations réalisées depuis l’instauration de cette prime d’assiduité a augmenté de seulement 1 % entre 2012 et 2017.

« C’est un cadeau [la prime]. Est-ce que ça change quelque chose sur la productivité ? Ça reste à voir », affirme un médecin spécialiste ayant demandé l’anonymat et qui profite lui-même de la prime.

Pour sa part, le Dr Mario Viens, de l’Association québécoise de la chirurgie, reconnaît qu’aucune étude n’a mesuré l’impact des primes sur la productivité. Selon lui, elle visait à faire commencer les opérations plus tôt pour utiliser le bloc opératoire dès son ouverture à 8 h.

« C’est un incitatif comme n’importe quoi. Si vous voulez qu’on fasse plus plus plus, c’est un incitatif pour inciter les chirurgiens à en faire plus », dit-il.

Certaines personnes interrogées, qui œuvrent également dans le système de santé, dénoncent des abus systématiques dans le versement des primes. Le chirurgien y a droit dès que l’anesthésiste prend contact avec le patient.

Fausses heures

« C’est au-delà d’étirer l’élastique », dénonce le spécialiste qui a requis l’anonymat en parlant de ses confrères qui abusent.

« Personne ne vérifie si le médecin a vraiment droit à la prime », poursuit-il.

« Dans certains cas, il faut 1 h 30 ou 2 heures pour préparer le patient comme dans les chirurgies à cœur ouvert. À ce moment, le chirurgien peut entrer à 8 h 30 ou même 9 h et toucher la prime de 105 $. »

« C’est arrivé plusieurs fois que j’ai vu que l’heure [du début de l’opération] était 7 h 59 [dans le système informatique] même si on était entrés après », confie un chirurgien, dans un autre hôpital.

« Des fois, l’anesthésiste arrive dans le vestiaire [de l’hôpital] et il est dépassé 8 h », dit un chirurgien.

Contrairement aux médecins, le personnel de soutien et les infirmières ne reçoivent aucune prime pour arriver avant 8 h du matin, nous a confirmé la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ).


En plus des chirurgiens, d’autres spécialistes ont droit à la prime lorsqu’ils opèrent. C’est le cas des spécialistes en urologie, obstétrique-gynécologie, oto-rhino-laryngologie, neurochirurgie et en ophtalmologie.

Le revenu moyen net des médecins spécialistes était de 443 161 $ en 2016-2017.

 

Les primes pour être à l’heure

2016-2017

  • Anesthésistes : 15,1 millions $ (moyenne de 19 891 $ par anesthésiste)
  • Chirurgiens : 14,1 millions $ (moyenne de 7610 $ par chirurgien)

2015-2016

  • Anesthésistes : 14,9 millions $ (moyenne de 19 875 $ par anesthésiste)
  • Chirurgiens : 14,3 millions $ (moyenne de 7648 $ par chirurgien)

2014-2015

  •  Anesthésistes : 14,4 millions $ (moyenne de 19 448 $ par anesthésiste)
  • Chirurgiens : 13,3 millions $ (moyenne de 7148 $ par chirurgien)

Total : 86,1 millions $

Comment ça marche

  • La prime de 105 $ est versée au chirurgien dès que l’anesthésiste a pris contact avec le patient.
  • Pour avoir droit à la prime, cette prise de contact doit avoir eu lieu entre 7 et 8 h du matin, que ce soit à 7 h 5 ou 7 h 59.
  • Une prime de 21 $ est versée pour chaque tranche de 15 minutes que le chirurgien passe au bloc opératoire après 15 h. Cette prime qui totalise 84 $ l’heure est valide pour toutes les opérations jusqu’à 19 h.

 

Une prime négociée par Barrette

Bloc sante operation
Photo Agence QMI, Simon Clark

Sur le document ci-dessus daté du 21 décembre 2010, à quelques jours de Noël, et paraphé par Gaétan Barrette (alors président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec) et Yves Bolduc (alors ministre de la Santé ), une prime de 100 $ est accordée aux chirurgiens s’il y a prise de contact avec le patient avant 8 h. La prime d’assiduité a été bonifiée à 105 $ en 2015.

Bloc sante operation
Photo Simon Clark

Les anesthésiologistes y ont eu droit en premier le 1er octobre 2008. La prime a été accordée ensuite aux chirurgiens en mars 2011. Elle a été bonifiée pour les anesthésistes en 2013. Elle correspond à une augmentation de 29 % de leur rémunération.

Bloc sante operation
Photo courtoisie

19 891 $ par année par anesthésiste

<b>Jean-François Courval</b></br>
<i>Association des anesthésiologistes</i>
Photo d'archives
Jean-François Courval
Association des anesthésiologistes

Les anesthésistes ont touché en moyenne 20 000 $ par année depuis trois ans pour se présenter avant 8 h et poursuivre leur travail après 15 h.

Pour les anesthésistes (ou anesthésiologistes), il s’agit d’une augmentation de 29 % de leur rémunération. Les anesthésistes du Québec gagnent en moyenne 490 000 $ par année, selon la Régie de l’assurance maladie du Québec.

Pour le Dr Jean-François Courval, la prime est justifiée. Selon le président de l’Association des anesthésiologistes, le nombre d’anesthésies a bondi de 22 % de 2006 à 2016.

Vrai ou faux ? Chose certaine, le ministère refuse de confirmer les chiffres avancés par les anesthésistes sur la hausse du nombre d’opérations.

« Avant 2011, un système différent était utilisé et les données ne sont pas comparables à celles du système actuel », explique la porte-parole du ministère, Noémie Vanheuverzwijn.

Prime doublée en 2013

Selon un rapport du ministère de la Santé de 2014, la majorité de l’augmentation de productivité en anesthésie s’explique par la hausse du nombre d’anesthésistes et le fait qu’ils travaillent avec des patients huit jours de plus par année.

En 2013, la prime a doublé pour les anesthésistes. La majoration de leurs honoraires est passée de 15 à 29 %. « Ce n’est pas une grosse augmentation en dollars », commente le Dr Courval.

Hausse des chirurgies de 1 %

Le ministère de la Santé nous a dit ne pas avoir de moyen spécifique de mesurer l’efficacité de la prime. Il nous a toutefois dit suivre des indicateurs « de façon globale » sur les chirurgies. Selon ces données, le nombre d’interventions chirurgicales effectuées annuellement au Québec a progressé de 1 % en cinq ans, passant de 458 162 en 2012 à 463 661 l’an dernier.

Au cours des trois dernières années, le nombre de médecins a lui aussi progressé. Au total, 1913 docteurs ont touché la prime l’an dernier contre 1860 un an plus tôt, une hausse de 2,8 %.

« Avant, il y avait parfois du personnel qui se plaignait de ne pas commencer à l’heure. Par contre, c’est un boni pour les gens qui le faisaient déjà [commencer à l’heure] », dit une source.