/news/education
Navigation

Une directrice de commission scolaire porte plainte contre sa présidente

La présidente de la commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Liz S. Gagné, est visée par une plainte pour harcèlement psychologique.
Capture d'écran TVA Nouvelles La présidente de la commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Liz S. Gagné, est visée par une plainte pour harcèlement psychologique.

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | La directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Chantale Cyr, a porté plainte contre la présidente de la commission scolaire, Liz S. Gagné pour harcèlement psychologique, a appris TVA Nouvelles.

La plainte a été déposée la semaine dernière à la Commission des normes du travail. La directrice générale, qui est en congé maladie depuis le début du mois de novembre, se dit victime de harcèlement psychologique de la part de Mme Gagné.

Cette dernière a confirmé à TVA Nouvelles avoir été mise au fait de la plainte mardi après-midi. Mme Gagné s’est dite surprise de cette plainte. «Moi, je ne pense pas que j’ai fait du harcèlement psychologique. Pas du tout. D’abord, on ne se parlait presque pas. Ça s’est toujours fait sereinement dans une ambiance correcte. Je ne vois pas pourquoi elle pense qu’on la harcelait», a-t-elle affirmé.

Dispute entre associations

Le tension serait à son comble à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, montre des correspondances obtenues par TVA Nouvelles qui démontrent clairement que deux clans s'opposent.

Dans une lettre datée du 27 novembre, l'Association des directeurs d'écoles des Rives-du-Saguenay et l'Association locale des cadres scolaires interpellent directement les commissaires. Les gestionnaires, qui oeuvrent dans les écoles, dénoncent le climat de travail devenu insoutenable.

«Cette action inhabituelle et exceptionnelle de notre part se veut un recours ultime pour mettre un terme à un mode de gestion et à une attitude que nous ne pouvons plus accepter, vu le climat de travail que cela engendre», peut-on lire.

La lettre stipule que 95 % des gestionnaires sont en accord avec la démarche.

«Les actions posées nous amènent à nous sentir isolés, à nous démobiliser et à ne plus parler de peur d'avoir des représailles [...] On ne reconnaît plus nos valeurs, on ne reconnaît plus notre Commission scolaire.»

Les directeurs d'écoles et cadres scolaires vont même jusqu'à féliciter les commissaires d'avoir retiré des pouvoirs à leur supérieure immédiate, Chantale Cyr. Les cadres demandent aux élus de poser des actions concrètes.

L'Association des directeurs généraux des commissions scolaires a répliqué à cette lettre des directeurs d'écoles. «La présente vise à dénoncer votre initiative, du rarement vu dans le réseau des commissions scolaires [...]. Le mauvais climat qui prévaut dans votre milieu ne peut être attribué à une seule personne, en l'occurrence madame Cyr», a écrit le président de l'Association, Éric Blackburn, dans une lettre adressée aux directeurs.

M. Blackburn note également que des événements préoccupants ont été recensés à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay avant l'arrivée en poste de Chantale Cyr.

«Votre intervention est d'autant plus inacceptable, voire invraisemblable [...], car comme vous ne pouvez l'ignorer, madame Cyr est absente du travail depuis quelques semaines à la suite de tous ces événements, comme l'ont été ses prédécesseurs, étrangement.»

«Combien de directions générales n'ont pas su être à la hauteur en si peu de temps déjà, à la CSRS [Commission scolaire des Rives-du-Saguenay]?»

Aucun des deux clans n’a accepté de commenter la situation.