/news/currentevents
Navigation

Décès de Daniel Malenfant: choc pour le monde du canot à glace

Daniel Malenfant était un habitué du sport nautique

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Une embarcation a chaviré sur le fleuve avec cinq passagers à son bord mardi, faisant un mort. La victime, Daniel Malenfant, était un canotier expérimenté.

Coup d'oeil sur cet article

Le décès d’un expérimenté canotier, mercredi, lors d’une sortie en canot à glace sur le fleuve Saint-Laurent a provoqué une onde de choc dans la petite communauté du sport nautique, où tout le monde connaissait Daniel Malenfant, 39 ans.

La victime pratiquait le canot à glace depuis plusieurs années et était aussi le président du Club de bateau dragon de la Capitale durant la saison estivale. Navigateur chevronné, Daniel Malenfant était bien connu dans le petit monde du canot à glace, sous le choc au lendemain du triste incident.

«Tout le monde le connaissait. Sans que ce soit personnellement, entre canotiers on se connaît tous.  Ce sera un gros coup pour le circuit québécois parce qu’on est une petite communauté tissée très serrée», raconte Éric Bolduc, coureur expérimenté qui s’implique dans les formations de l’Association des coureurs en canot à glace.

Sans vouloir trop s’avancer sur les circonstances de l’accident, M. Bolduc rappelle que la pratique du sport comporte sa part de risque et que malheureusement, Daniel Malenfant en aura été victime. «C’est un sport extrême même si on fait tout pour assurer la sécurité. On ne se lance pas dans le fleuve sans préparation et formation, mais comme dans n’importe quoi, on n’est pas à l’abri de tous les risques», souligne le coureur.

Tentative ultime

De son côté, la directrice générale de l’association, Catherine Paquin, croit que le coureur aurait pu périr en tentant de rejoindre la radio à l’intérieur du bateau. Cet appareil lui aurait permis de contacter les secours alors que le bateau coulait. Les quatre personnes qui accompagnaient M. Malenfant ont pu rejoindre le rivage, pendant que la victime a passé plus de 30 minutes dans les eaux glacées du fleuve.

«Ce que j’ai compris, c’est que Daniel a voulu récupérer le VHF, la radio marine. Je le connais bien et je sais qu’il allait tout faire pour sauver son monde. La sécurité l’a tué quelque part parce qu’il a perdu du précieux temps sur le bateau qui coulait», confie Mme Paquin, qui souhaite organiser un défilé de canot sur le fleuve en l’honneur de la victime avant le début de la saison.

«C’est un vrai joyeux luron, toujours partant pour tout. Un vrai bon gars. Il va falloir faire quelque chose en sa mémoire», soupire son amie.

Survivant sous le choc

Un des quatre survivants qui accompagnait Daniel Malenfant lors de cette funeste sortie a confié à Radio-Canada avoir frôlé la mort. Olivier Hubert-Benoit est parvenu à atteindre la rive à la nage, terminant pieds nus, après plus de 20 minutes dans l’eau. Ne sentant plus ses jambes ni ses bras en raison de la température de l’eau, il a continué à se battre contre les flots en pensant à ses trois enfants.

Le miraculé se dit toutefois peiné pour son ami qui ne s’est jamais éloigné du bateau qui coulait. Il ne comprend toujours pas pourquoi la victime n’a pas nagé. «L’eau est rentrée, le canot a coulé et on a entamé une nage. Je croyais que tout le monde l’avait fait, mais Daniel n’a pas pris la nage comme option», racontait M. Hubert-Benoit, rongé par l’émotion.

 

CE QU’ILS ONT DIT

De nombreux de messages laissés sur les réseaux sociaux.

«Le fleuve a décidé de nous voler notre frère, notre ami, notre flamme. Daniel, tu as toujours été un fonceur et une personne qui vivait la vie à fond. Tu as touché une multitude de gens et sera toujours dans nos cœurs.»

– Claude Malenfant, frère de la victime

«Ce fut un plaisir de te voir joindre la communauté du canot à glace. C’était sans surprise par contre, Dan : le gars qui fait tout! Ton sourire et ton énergie contagieuse, on les retrouvait partout à Québec tellement tu étais impliqué.»

– Anne-Sophie Corriveau

« Merci Daniel Malenfant, pour l’être si gentil et passionné que tu étais dans notre communauté. [...] Merci pour nos belles discussions et surtout, pour ta belle énergie positive que tu nous transmettais à chaque rencontre.»

– Jean-Marie Lapointe

«Nous le connaissions comme étant un rameur acharné, un coéquipier hors pair, un coach dévoué, un président impliqué, un compétiteur aguerri et un mentor inspirant. [...] Souvenons-nous de son dévouement, de son amitié, de sa persévérance et de sa détermination.»

– Le conseil d’administration du Club de bateau dragon de la Capitale