/misc
Navigation

Culture radiophonique

Culture radiophonique

Coup d'oeil sur cet article

En écoutant avec un certain amusement la revue des «bêtises» radiophoniques de l’année 2017 telles que colligées par Olivier Niquet de Radio-Canada, je pensais au même exercice que je fais chaque semaine quand je corrige les émissions de mes étudiants.

Le prof qui dit à ses étudiants ce qui se fait et ce qui ne se fait pas.

C’est précisément ce qui va irriter les animateurs visés : cette impression qu’un animateur d’une culture radiophonique doublement différente, montréalaise et radio-canadienne, leur fait la leçon.

Le contenu des émissions parlées des radios à Québec est un débat stérile.

Ça se termine invariablement le constat que la version radiophonique des « deux solitudes » existe, aux deux extrémités de la 20.

Pourtant, il n’y a pas plus montréaliste que l’équipe du vénérable Joël Le Bigot qui prouve, par sa domination les matins de weekend, que les auditeurs de Québec ne sont pas imperméables à ce qui vient de Montréal et savent reconnaître un sacré bon communicateur lorsqu’ils en entendent un.

Inversement, Pierre-Yves Lord est de loin l’animateur de Québec qui réussit le mieux à Montréal depuis 25 ans.

Actuellement, Louis Lacroix remplace Paul Arcand à la barre de l’émission de radio la plus écoutée au Canada, au 98,5 FM à Montréal.

Ben oui, un gars qui a pourtant grandi à la radio parlée de Québec.

Vous ne pouvez pas être assez sourd pour ne pas entendre dans la compilation d’Olivier Niquet un party fait aux dépens des cibles habituelles de la radio de Québec (Fillion, Gravel, Duhaime, Arthur etc.).

En revanche, les extraits sont près de la réalité ce qui fera qu’à part les auditeurs de Radio-Canada, aucun auditeur du FM 93, Radio X, BLVD ou Énergie ne sera surpris ou offensé par ce qu’il entendra.

La bonne nouvelle, c’est que Radio-Canada aura dépensé du budget sur de la programmation plutôt que des projets fumeux comme son tristement célèbre « Ici »

Enfin, pourquoi rend-t-on la compilation disponible en ligne DEUX JOURS AVANT LA DIFFUSION à son antenne ?

Ils se sont auto-divulgâchés !

Pensez-vous qu’ils mettraient en ligne le meilleur sketch du Bye Bye deux jours avant la diffusion ?

La direction de Radio-Canada accorde-t-elle maintenant plus d’importance au web qu’à la radio ?

Nous sommes forcés de le croire.