/sports/opinion/columnists
Navigation

Gallant en avance

Vegas Golden Knights v Minnesota Wild
Photo d'archives, AFP Gerard Gallant

Coup d'oeil sur cet article

Jon Cooper dirige peut-être la meilleure formation de la Ligue nationale, le Lightning de Tampa Bay.

Mais, à quatre points de sa formation, il y a une équipe que la plupart des observateurs voyaient au dernier rang de l’Association de l’Ouest. Et pourquoi pas ?

En somme, cette formation n’était-elle pas composée de joueurs rejetés par les 30 autres équipes de la ligue.

Les Golden Knights de Vegas occupaient, hier soir, le premier rang de l’Association de l’Ouest avec une fiche de 27 victoires. Ce sont 11 victoires de plus que le Canadien sur une période de 40 matchs.

C’est fou.

Gerard Gallant a réussi à convaincre ses joueurs qu’ils avaient leur place dans cette ligue avec un rôle qui leur convient parfaitement. Il a trouvé les bonnes unités en attaque, il a obtenu 27 victoires en utilisant cinq gardiens, il faut le faire.

William Karlsson, ex-joueur des Blue Jackets, a maintenant 20 buts. Marc-André Fleury n’a rien perdu de son intensité et de sa passion. Jonathan Marchessault et David Perron ont trouvé une niche.

Rien d’étonnant

Faut-il s’étonner des succès de Gallant ?

Pas du tout.

Après un apprentissage difficile à Columbus, il a fait un pas en arrière pour diriger les Sea Dogs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Son équipe est devenue rapidement une puissance dans la ligue. Comme adjoint avec le Canadien, il a fait sa marque, gagnant la confiance et le respect de tous les joueurs.

Après une excellente première saison en Floride, il a été victime d’un groupe de penseurs influencés par les statistiques avancées.

Mais il a rapidement rebondi à Vegas et il est le seul dans la course au titre d’entraîneur de l’année.

Quelle histoire que celle des Golden Knights de Vegas.