/news/society
Navigation

Un bègue s’accroche à son rêve d’être animateur de radio

Ridiculisé à l’école, il prend maintenant la parole pour contrer l’intimidation

Jimmy Chabot vivra un rêve, en 2018, en tournant des vidéos à travers le monde.
Photo collaboration spéciale, caroline lepage Jimmy Chabot vivra un rêve, en 2018, en tournant des vidéos à travers le monde.

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE | Un homme qui a vécu l’enfer à l’école parce qu’il bégayait réalise son rêve de devenir animateur de radio et donne des conférences dans les écoles pour insuffler du courage aux élèves.

Âgé de 22 ans, Jimmy Chabot est un exemple de persévérance depuis qu’il a appris à rire de son bégaiement.

« Je dis toujours que je m’appelle “Jimchab” parce que je n’arrive même pas à prononcer mon propre nom », blague-t-il.

Toutefois, il a longtemps souffert d’être la risée de ses camarades de classe à cause de ses problèmes d’élocution.

« Plus on m’intimidait, plus je bégayais », résume celui qui avait perdu confiance en lui.

On s’amusait à faire tomber ses cartables. Quand il tentait de se défendre, il faisait encore plus rire de lui parce qu’il manquait de coordination dans ses mouvements.

Le verre à moitié plein

« Je me faisais souvent kicker dans les testicules », raconte-t-il.

« Jimchab » broyait du noir et s’isolait sur l’heure du dîner dans les cabinets de toilette pour passer incognito.

Il a chassé ses idées suicidaires à l’aide d’un livre sur la pensée positive que lui a donné son père. Il a appris à voir la vie du bon côté.

Le fait d’avoir tant crié pour se faire respecter lui a permis de développer une voix radiophonique. Au lieu d’être complexé parce qu’il était malhabile dans les sports, il s’est mis à photographier les équipes sportives de son école.

« J’étais enfin accepté parmi les cool », dit-il fièrement.

Le pouvoir du micro

Quand il a été choisi pour annoncer les buts de hockey à l’aréna de Drummondville, il s’est aperçu qu’il bégayait moins derrière un micro. Il s’est mis à rêver d’une carrière à la radio et à la télévision, ce qui lui a donné le courage de cogner aux portes d’écoles spécialisées. Après quelques refus, il a été admis au Collège radio télévision de Québec, en 2013.

Prêt à tout pour réussir, il a engagé un professeur de diction privé, qui lui montrait à parler avec un crayon ou un bouchon de liège dans la bouche.

« Je savais que c’était la seule avenue possible et que je trouverais le moyen d’y arriver », exprime ce jeune déterminé.

Même s’il bégaye encore, « Jimchab » a obtenu des contrats comme animateur de radio et « vlogueur » dans plusieurs provinces où il est très apprécié des communautés.

Pour encourager les jeunes, Jimmy Chabot a présenté une cinquantaine de conférences dans les écoles, où il partage sa recette contre l’intimidation : s’accepter comme on est, réagir avec humour et se trouver une raison de se lever chaque matin.

352 vlogs en 352 jours

En 2018, ce « vlog-trotteur » s’envolera vers l’Europe et l’Afrique afin de diffuser 352 vlogs en 352 jours sur YouTube, où il mettra en valeur des gens passionnés de la francophonie.