/finance/pme
Navigation

La gastronomie d’ici en cadeau

Après avoir connu un gros salaire dans l’aéronautique, elle a décidé de lancer son entreprise

Marie-Noëlle Courcy
Photo Dave Parent Pour Marie-Noëlle Courcy, le petit atelier de Saint-Placide n’est que le début. Celle qui se décrit comme une foodie compte faire de son entreprise un empire.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir vu son employeur supprimer son poste à deux reprises, Marie-Noëlle Courcy a décidé que c’en était assez. C’était le moment ou jamais de réaliser son rêve et de lancer sa propre entreprise : Atelier No 16.

Mme Courcy occupait un poste d’acheteuse dans le domaine de l’aéronautique. Un travail où elle touchait près de 60 000 $ par année, mais un milieu qui connaît sa part de hauts et de bas.

La dame de 41 ans ne voulait plus être à la merci de son employeur. Elle a donc décidé de faire le saut et de fonder son entreprise en janvier 2015 à Saint-Placide, dans les Laurentides.

Un grand saut dans le vide, car bien que précaire, son emploi lui offrait de bons avantages sociaux et des vacances intéressantes.

« Ce n’est pas un démarrage d’entreprise, c’est un démarrage d’empire », dit-elle mi-blagueuse, mais avec un regard déterminé.

Paquet-cadeau

Atelier No 16 comporte plusieurs facettes, mais sa principale activité consiste à faire connaître des produits gastronomiques du Québec à l’ensemble de la province. Mme Courcy s’est associée à des producteurs de partout au Québec. Elle fait des paquets-cadeaux avec les produits de ces derniers afin de les vendre, mais aussi de les faire découvrir.

Une entreprise qui veut offrir un cadeau à ses employés à Noël, un congrès de professionnels ou encore un gala sont autant d’occasions pour Atelier No 16 de vendre son produit et faire déguster un caramel au lait de chèvre, un biscuit au fromage bleu ou des épices boréales.

Atelier No 16 offre aussi un service-conseil aux producteurs pour qui internet, réseaux sociaux et vente en ligne constituent une montagne infranchissable. « Aujourd’hui, avoir pignon sur rue ne suffit plus, il faut avoir pignon sur le net », ajoute-t-elle.

Gala Artis

Le Gala Artis a d’ailleurs fait appel à ses services. Les gagnants recevaient un des paquets-surprises d’Atelier No 16.

« Pour une jeune entreprise comme la mienne, c’est une occasion en or. On a été le coup de cœur à Salut Bonjour, le premier choix du sac-cadeau dans le 7 Jours. Si j’avais voulu me payer cette publicité-là, je n’aurais jamais été capable », explique Mme Courcy.

Pas de retour

Atelier No 16 n’est pas encore un empire, mais il ne serait pas étonnant de voir l’entreprise atteindre les plus hauts sommets si on se fie à la passion et au dévouement de sa propriétaire.

Est-ce que Marie-Noëlle Courcy pense souvent à son ancien travail, son salaire stable et élevé et à ses horaires de 9 h à 17 h ? « Souvent », admet-elle, mais il n’est pas question de revenir en arrière, ce serait pour elle une trahison à ses principes.

« Tous les jours, j’ai un impact positif sur quelqu’un et c’est ça qui me fait continuer. Parce que je pourrais facilement dire je ferme la porte et je vends tout, mais en même temps on a tellement de beaux produits au Québec et de gens qui ne savent pas comment se faire connaître, c’est ma mission », conclut-elle.

Marie-Noelle Courcy, 41 ans

Février 2014 : abolition de poste (2e en peu de temps)

Janvier 2015 : démarrage officiel d’Atelier No 16

Novembre 2015 : premier contrat d’importance avec une entreprise

16 juillet 2016 : lancement officiel de la boutique en ligne

UNE DE NOS MEILLEURES DÉCISIONS

  • Suivre mon instinct et ma fibre entrepreneuriale, et démarrer mon entreprise.

UNE DE NOS PIRES DÉCISIONS

  • Démarrer une boutique en ligne dès le premier jour de mon lancement d’entreprise, et ce, sans être connue, j’aurais pu éviter beaucoup de frais inutiles.

— En collaboration avec monjournal.ca