/sports/ski
Navigation

Harvey près du sommet

Le Québécois, 4e au cumulatif, vise le podium au Tour de ski

Alex Harvey (à droite) est arrivé troisième samedi à l’avant-dernière épreuve du Tour de ski. Le Kazakh Alexey Poltoranin (au centre) et le Russe Sergey Ustiugov (à gauche) ont arraché les première et deuxième places du podium.
Photo AFP Alex Harvey (à droite) est arrivé troisième samedi à l’avant-dernière épreuve du Tour de ski. Le Kazakh Alexey Poltoranin (au centre) et le Russe Sergey Ustiugov (à gauche) ont arraché les première et deuxième places du podium.

Coup d'oeil sur cet article

Le projet autrefois ambitieux d’Alex Harvey de terminer dans le top 3 du Tour de ski n’est plus de la frime. En terminant troisième de l’avant-dernière étape, samedi à Val di Fiemme (Italie), il occupe ce matin le quatrième rang au cumulatif, à une seconde du podium.

Cette route vers le sommet se traduit maintenant autant au sens littéral que dans la souffrance que ne pourra éviter Harvey lors de la poursuite de 9 km en style libre d’aujourd’hui. Pour espérer avaler le Kazakh Alexey Poltoranin et le Russe Sergey Ustiugov, qui le devancent respectivement au classement par huit et une secondes, le match qui l’attend se jouera dans l’inhumaine ascension de l’Alpe Cermis.

Tout là-haut, le podium se laisse prendre.

Si le Suisse Dario Cologna apparaît déjà comme l’actionnaire majoritaire, pour qui il s’agirait d’un quatrième titre, jamais Harvey ne s’en est approché dans sa carrière aussi près que son septième rang de l’an dernier. À un mois des Jeux olympiques, la tribune s’annonce idéale pour laisser un message.

« Mon avantage, c’est probablement le momentum. Je me sens de mieux en mieux à chaque course et les jambes sont encore fraîches. J’ai bien passé au travers des cinq premières épreuves (un sprint a été annulé mercredi à Oberstdorf). Je ne suis pas frais comme une rose, mais je ne suis pas trop entamé », nous a expliqué le skieur de 29 ans durant une séance de massage essentielle d’après-course.

Premier podium

Un plan de course bien appliqué durant le départ groupé de 15 km en style classique de samedi lui a procuré plusieurs bénéfices : premier podium de la saison, premier aussi en classique depuis février 2015, mais surtout 29 secondes qu’il a grugées au cumulatif à Ustiugov, qui a glissé du deuxième au troisième rang derrière Poltoranin, gagnant du jour au sprint en 38 m 41 s.

Toujours aux premières loges du début à la fin, l’athlète de Saint-Ferréol a savamment laissé les gros pistons, dont Ustiugov, jeter des munitions en cours de route dans les deux sprints pour les secondes de bonification. Dans les 5 km restants, Harvey a ensuite nourri une coalition avec Poltoranin, Cologna et le Russe Andrey Larkov. Même l’ogre norvégien Martin Johnsrud Sundby, double champion de ce Tour, mais visiblement pas dans sa meilleure journée, n’a pu résister à la locomotive.

« Ceux qui y vont pour le premier sprint, ils en paient le prix en fin de course. Moi, j’ai appris de cette leçon-là l’an passé, alors j’ai choisi d’y aller conservateur cette fois-ci », a dit Harvey à propos d’Ustiugov, l’un de ses principaux rivaux jusqu’à la fin.

« Je m’attendais à ce que Sundby soit plus fort que ça, mais je savais que Dario et Poltoranin allaient être forts en classique. Ça s’est passé comme je le voyais », a-t-il analysé.

Journée cruciale

Cette avant-dernière étape a causé des dommages dans la courte liste des prétendants au cumulatif.

Il ne reste que la bête de l’Alpe Cermis pour régler le débat entre les plus offrants, dimanche. Après Cologna qui s’élancera le premier, la cavalerie suivra 75 secondes à l’arrière. Il y aura Poltoranin, qu’on dit moins à l’aise en style libre, Ustiugov au gros gabarit peu adapté pour la montée impardonnable, et Bolchunov, âgé de seulement 21 ans depuis une semaine.

Puis, on verra assurément Harvey, qui prétend avoir laissé moins d’énergie en prévision du supplice de dimanche, contrairement à Poltoranin et Ustiugov qu’il aura dans le collimateur.

« Il y en a aujourd’hui (samedi) qui ont dû aller puiser dans leurs réserves. Cette énergie que tu as dépensée, tu ne l’as plus pour la montée (de l’Alpe Cermis). On a déjà vu un gars comme Maurice Manificat, qui en est pourtant un spécialiste, mais qui n’a même pas réussi à faire le top 20 tellement il était brûlé. Ce qui compte d’abord, c’est de voir dans quel type de journée tu tombes. J’ai hâte de voir. »

Et comment !

 

Tour de ski

15 km style classique Val di Fiemme

1-Alexey Poltoranin, Kazakhstan, 38 m 40,3 s

2-Andrey Larkov, Russie, + 0,4 s

3-Alex Harvey, Canada, + 0,9 s

4-Dario Cologna, Suisse, + 2,3 s

5-Alexander Bolshunov, Russie, + 15,0 s

(53 concurrents au départ)


Classement général (5 épreuves sur 6)

1-Dario Cologna, Suisse, 2 h 20 m 37,7 s

2-Alexey Poltoranin, Kazakhstan, + 1 m 14,4 s

3-Sergey Ustiugov, Russie, + 1 m 21,5 s

4-Alex Harvey, Canada, + 1 m 22,7 s

5-Alexander Bolshunov, Russie, + 1 m 39,4 s