/entertainment/tv
Navigation

Big Little Lies sort grande gagnante

La série signée par Jean-Marc Vallée remporte quatre Golden Globes

Coup d'oeil sur cet article

Au cours d’une cérémonie des Golden Globes socialement engagée qui s’est transformée en vibrante célébration des femmes, Big Little Lies de Jean-Marc Vallée a répété son exploit des Emmy en survolant la compétition.

La série-événement du réalisateur québécois a dominé chacune des catégories dans lesquelles elle était nommée, amassant quatre trophées. Le travail de Vallée a été salué à plusieurs reprises durant la soirée, notamment par David E. Kelley. Sur scène pour accepter le prix de Meilleure minisérie, le créateur de l’adaptation du roman de Liane Moriarty a déclaré : « Cet homme, Jean-Marc Vallée, a réalisé chacun des épisodes. Il y a mis tout son cœur. Il a élevé chaque page, chaque performance... Nous sommes extrêmement reconnaissants. »

Sans surprise, Nicole Kidman a été sacrée meilleure actrice dans une minisérie pour son portrait d’une femme victime de violence conjugale. Comme elle l’avait fait quatre mois plus tôt aux Emmy Awards, la star australienne a vanté les mérites de Vallée.

« Je parle au nom des cinq actrices de Big Little Lies. Nous ne serions pas ici ce soir — et la série ne serait pas aussi bonne qu’elle l’est — sans le brio de Jean-Marc Vallée et David E. Kelley. »

En clin d’œil au thème non officiel du gala, l’égalité homme-femme, la lauréate a également exprimé un souhait qui semble avoir résonné fort au Beverly Hilton Hotel, où était réuni le gratin hollywoodien. « J’espère qu’avec les histoires que nous racontons, nous pouvons provoquer un changement. Gardons la conversation vivante. »

Big Little Lies (Petits secrets, grands mensonges) a également dominé les catégories réservées aux acteurs de soutien grâce au jeu d’Alexander Skarsgard et de Laura Dern, qui a qualifié Jean-Marc Vallée de « leader sans peur ».

Ailleurs en télévision, deux autres productions articulées autour de personnages féminins, The Handmaid’s Tale (La servante écarlate) (drame) et The Marvelous Mrs. Maisel (comédie) ont triomphé. En cinéma, les films Three Billboards Outside Ebbing, Missouri et Lady Bird ont respectivement été couronnés Meilleur drame et Meilleure comédie.

Un gala engagé

Les scandales d’inconduite sexuelle qui secouent Hollywood depuis cet automne ont teinté ces 75es Golden Globes. Seth Meyers a d’ailleurs livré un discours fortement politisé en ouverture. Le ton était moins frivole qu’au cours des dernières années. L’animateur et humoriste a frappé fort à quelques reprises, notamment quand il s’est attaqué à Harvey Weinstein, le roi déchu de Hollywood, contre qui pèse une tonne d’accusations d’agression sexuelle.

« Harvey Weinstein n’est pas ici ce soir. Mais il sera de retour dans 20 ans, quand il deviendra la première personne à être huée durant le segment in memoriam », a déclaré Meyers devant les rires étouffés du parterre.

D’Oprah Winfrey à Frances McDormand, en passant par Allison Janney et Elisabeth Moss, les gagnantes ont lancé des messages durant toute la soirée.

Tapis rouge hors norme

Le gala a été précédé d’un tapis rouge hors norme. Comme prévu, les stars s’étaient toutes habillées en noir pour protester contre les violences sexuelles, manifester leur solidarité envers les victimes des prédateurs et générer une discussion. Plusieurs actrices étaient également accompagnées d’activistes. Finaliste pour The Post, Meryl Streep a défilé aux côtés d’Ai-jen Poo, une militante reconnue qui dirige l’Alliance nationale des travailleurs domestiques.

Pour une rare fois, les questions des animateurs de NBC n’étaient pas articulées autour des tenues des actrices, mais plutôt autour du mouvement Time’s Up, lancé au début du mois par plus de 300 femmes d’Hollywood pour en finir avec le harcèlement sexuel.

Les gagnants des trophées Golden Globes 2018

TÉLÉ

► Meilleure minisérie

Big Little Lies

► Meilleure série dramatique

The Handmaid’s Tale

► Meilleure comédie

The Marvelous Mrs. Maisel

► Meilleure actrice / minisérie

Nicole Kidman, Big Little Lies

► Meilleur acteur / minisérie

Ewan McGregor, Fargo

► Meilleure actrice / série dramatique

Elisabeth Moss, The Handmaid’s Tale

► Meilleur acteur / série dramatique

Sterling K. Brown, This is Us

► Meilleure actrice / comédie

Rachel Brosnahan, The Marvelous Mrs. Maisel

► Meilleur acteur / comédie

Aziz Ansari, Master of None

► Meilleure actrice de soutien

Laura Dern, Big Little Lies

► Meilleur acteur de soutien

Alexander Skarsgard, Big Little Lies

CINÉMA

► Meilleur drame

Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

► Meilleure comédie

Lady Bird

► Meilleur réalisateur

Guillermo del Toro, The Shape of Water

► Meilleur film d’animation

Coco

► Meilleur film étranger

In the Fade

► Meilleur scénario

Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

Cinq déclarations marquantes

Photo AFP

« Harvey Weinstein n’est pas ici ce soir. Mais il sera de retour dans 20 ans, quand il deviendra la première personne à être huée durant le segment in memoriam. »

– L’animateur Seth Meyers

Photo AFP

« Nous voulions nous lever et faire quelque chose pour dire que la discrimination, le harcèlement et l’abus au travail, c’est fini [“time’s up”]. »

– Reese Witherspoon, l’une des instigatrices du mouvement Time’s Up, qui crée un fonds de défense des victimes d’agression sexuelle.

Photo AFP

« Nous ne serions pas ici ce soir sans le brio de Jean-Marc Vallée. »

– Nicole Kidman, sacrée Meilleure actrice dans une minisérie pour Big Little Lies

Photo AFP

« Et voici la liste toute masculine des finalistes... »

– Natalie Portman, soulignant l’absence de femmes parmi les finalistes au prix du Meilleur réalisateur

Photo AFP

« Pendant trop longtemps, les femmes n’ont pas été écoutées ou crues si elles osaient parler. Mais c’est fini. C’est fini ! »

– Oprah Winfrey, lauréate du prix hommage Cecil B. DeMille