/sports/ski
Navigation

Tour de ski: Un podium historique

Alex Harvey est le premier non-Européen à terminer dans le top 3 au Tour de ski

Tour de ski: Un podium historique
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

On croyait avoir trouvé le sommet dans sa vie d’athlète avec son titre mondial du 50 km de l’an dernier, mais Alex Harvey nous a tous corrigés après avoir terminé troisième au classement général de l’éprouvant Tour de ski, dimanche en Italie. « C’est le résultat qui me donne le plus de satisfaction personnelle dans ma carrière », nous a-t-il avoué..

Hein ? Plus que la victoire au marathon des championnats du monde de 2017 et celle au sprint par équipe avec Devon Kershaw en 2011 ? a-t-on évoqué pour l’inviter à comparer.

« Oui. Un départ groupé, un sprint ou même un 15 km, je sais que je suis capable de gagner. Mais honnêtement, si tu m’avais demandé il y a trois ans si je croyais être capable de faire un podium au cumulatif du Tour de ski, j’aurais dit non. Je ne suis tellement pas bon dans cette montée-là que je me disais “je peux faire un top 5”, mais un podium, je n’y croyais pas beaucoup. »

Merci à la double opération

L’aveu est lourd de sens. C’est dire tout le bonheur qu’il a trouvé, malgré la souffrance de l’effort, dans la poursuite de 9 km de dimanche avec comme épilogue l’ascension brutale sur 3,6 km de l’Alpe Cermis, à des passages atteignant 30 %. Le skieur de 29 ans devient ainsi le premier non-Européen à fouler le podium dans les 13 années d’histoire de cette série de sept épreuves en 10 jours, lui qui n’avait jamais fait mieux que son septième rang de l’an dernier.

Harvey a eu une pensée notamment pour la chirurgienne qui avait débloqué ses artères iliaques, au printemps 2015. Sans cette double opération visant à rétablir la fluidité du débit sanguin à ses jambes et le libérer du calvaire qu’il endurait dans les montées abruptes (il avait dû renoncer à la dernière étape du Tour en 2013, 2014 et 2015), on ne l’aurait pas vu s’accrocher à Martin Johnsrud Sundby, dimanche, lorsque le Norvégien est passé à ses côtés au milieu de la montagne.

« Chaque fois que j’enfile un dossard, je crois toujours en mes chances de gagner, mais cette montée-là, il y avait des doutes au fond de moi pour le podium. Je disais que j’y croyais, mais peut-être pas autant au fin fond de moi », a répété le skieur de Saint-Ferréol, qui a retenu après son exercice violent de 29 minutes cette phrase que lui a adressée Sundby : « Je ne pensais même pas que tu allais réussir à me suivre ».

Alex Harvey redoutait l’ascension brutale de l’Alpe Cermis. Dimanche, le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges a maintenu la cadence durant l’épuisante montée de 3,6 km, lui permettant du même coup d’écrire une autre page d’histoire du ski de fond canadien.
Photo AFP
Alex Harvey redoutait l’ascension brutale de l’Alpe Cermis. Dimanche, le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges a maintenu la cadence durant l’épuisante montée de 3,6 km, lui permettant du même coup d’écrire une autre page d’histoire du ski de fond canadien.

 

Suspense à quatre

Si le Suisse Dario Cologna n’a pas été embêté durant son ascension pour s’adjuger son quatrième titre sur ce Tour — un record —, un certain suspense s’est développé par la suite.

Le forfait du Russe Sergey Ustiugov, blessé au dos, a changé le scénario au matin de la course. On parle ici du champion de l’an dernier qui occupait le troisième rang du cumulatif, une maigre seconde devant Harvey. Ses soucis du jour se sont alors tournés vers le Kazakh Alexey Poltoranin, qui s’élançait huit secondes devant, puis le Russe Alexander Bolchunov et Sundby, partis respectivement 17 et 20 secondes derrière. Comme prévu, ce quatuor s’est regroupé au deuxième kilomètre de la montée, à 20 minutes de la fin.

« Quand Sundby m’a dépassé, je me suis dit : “C’est bon, je peux le suivre.” Mais quand Bolchunov a craqué, ça a donné un boost au moral, puis quand j’ai vu que Poltoranin souffrait, je me suis dit : “OK, moi et Sundby, on a maintenant une chance de se décrocher d’eux” », raconte Harvey, pour qui ce troisième rang au cumulatif a rapporté 35 600 $.

Préparation finale

Le prochain mois servira à appliquer la couche lustrée avant les Jeux, avec des camps de préparation en altitude à Seiser Alm et Livigno, en Italie. Aucune course n’est prévue sinon la Coupe du monde à Seefeld en Autriche, les 27 et 28 janvier, là où se joueront les championnats mondiaux en 2019.

Après les réjouissances du moment, il venait déjà de passer en mode olympique...

Résultats Tour de ski

Poursuite 9 km Val di Fiemme

1. Martin Johnsrud Sundby
Norvège, 28 m 36,4 s

2. Maurice Manificat
France, +12,8 s

3. Denis Spitsov
Russie, + 14,3 s

4. Dario Cologna
Suisse, + 15,7 s

5. Hans Christer Holund
Norvège, + 20,6 s

6. Alex Harvey
Canada, + 23,6 s

(43 concurrents au départ)

Classement général (6 épreuves sur 6)

1. Dario Cologna
Suisse, 2 h 49 m 29,8 s

2. Martin Johnsrud Sundby
Norvège, + 1 m 26,5 s

3. Alex Harvey
Canada, + 1 m 30,6 s

4. Alexey Poltoranin
Kazakhstan, + 1 m 41,7 s

5. Hans Christer Holund
Norvège, + 2 m 17,8 s