/sports/huntfish
Navigation

L’hiver d’une première?

Une expédition polonaise prend d’assaut le K2

L’hiver d’une première?
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Pour la quatrième fois de l’histoire, une expédition hivernale s’est lancée à l’assaut du K2. Mercredi dernier, 10 alpinistes élites polonais menés par le réputé Krzysztof Wielicki ont quitté le petit village d’Askole en se mettant en route vers le second plus haut pic du monde. Ils y arrivent aujourd’hui.

L’objectif est clair, mais énorme : conquérir le dernier sommet de plus de 8000 mètres en hiver. La tâche sera immense au fil des deux prochains mois alors qu’ils ont déjà une vingtaine de jours de retard sur le calendrier. Le couvert de neige est déjà bien épais.

Financée par le gouvernement polonais à raison d’un million de zlotys (environ 360 000 $ canadiens), l’expédition est sur pied depuis plusieurs années. Wielicki, 67 ans, en est à sa troisième visite de la « montagne sauvage » en hiver, lui qui compte les 14 sommets de plus de 8000 mètres à son tableau de chasse. Il est d’ailleurs le premier à avoir conquis l’Everest en ascension hivernale en 1980.

Évidemment, les conditions climatiques feront foi de tout sur la montagne. L’équipe devrait emprunter l’éperon des Abruzzes. Mais elle n’exclut pas de grimper jusqu’au camp 3 par la voie des Espagnols, une arête située légèrement à l’ouest de celle des Abruzzes sur la face sud.

Depuis deux ans, les Polonais s’entraînent sans relâche dans les montagnes du Tatras, dans les gymnases et dans des chambres hyperbares afin de s’acclimater à la pression atmosphérique. Les grimpeurs n’utiliseront pas d’oxygène.

Équipe d’étoiles

Si une expédition peut réussir ce qui n’a jamais encore été accompli, c’est bien celle-ci, aux yeux des observateurs et des experts. Les Polonais ont écrit les premiers chapitres des conquêtes hivernales de neuf des 14 plus hauts sommets sur la planète. Impossible de passer sous silence l’ajout de dernière minute du Kazakh Denis Urubko, qui a obtenu sa citoyenneté polonaise en 2015. Celui-ci a gravi deux sommets en hiver.

En plus de compter parmi les meilleurs grimpeurs au monde, les nouvelles technologies devraient grandement collaborer aux succès de l’expédition. Des mitaines et des bottes chauffantes ainsi que des communications et prévisions météorologiques par satellite serviront à la cordée. Les membres des trois expéditions précédentes ne pouvaient certainement pas en profiter.

Déjà, les porteurs ont acheminé plus d’une tonne d’équipement au pied de la montagne cet automne pour les 13 membres de l’aventure.

Au moment d’écrire ces lignes, ils campaient à Concordia et arriveront au pied du K2 aujourd’hui. Ils attaqueront le pic dans les prochains jours.


Il est possible de suivre l’expédition sur les réseaux sociaux en utilisant le mot-clé K2dlaPolakow.