/news/currentevents
Navigation

Un feu... à l'Hôtel de glace

Un incendie mineur entraîne la fermeture de l’établissement pour deux jours

Coup d'oeil sur cet article

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, un incendie entraînera la fermeture de l’Hôtel de glace pour une période d’au moins deux jours. «On a dû dire à l'entreprise en sinistres que ce n’était pas une blague», lance, mi-figue, mi-raisin, le président de l’hôtel, Jacques Desbois.

L’incendie s’est déclaré vers 1 h 15 dans la nuit de lundi à mardi, dans une chambre de l’établissement. Selon le président-directeur général, une chandelle serait à l’origine du feu.

«Je n’ai pas le fin détail encore, mais c’est une chambre dans laquelle on place des chandelles le soir. Il s’agit de la seule source de feu, donc la lorgnette de l’enquête se place pas mal là-dessus», explique Jacques Desbois, précisant qu’une pièce de literie ou de vêtement aurait pu entrer en contact avec la flamme.

Odeur et marques de fumée

L’établissement a rapidement été évacué, mais quelques personnes ont malgré tout été incommodées par la fumée. Au total, trois clients ont été transportés au centre hospitalier pour y être traités, mais ils ne souffrent d’aucune blessure importante. D’autres clients et des employés ont quant à eux été évalués sur place par les ambulanciers, relate la direction de l’hôtel.

Quant aux dommages, ils ont été principalement causés par la fumée. La structure n’a aucunement été affectée, assure M. Desbois. «Il y a eu plus de peur que de mal, dans cette histoire. C’est principalement l’odeur et les marques de fumée qu’on doit gérer. On doit notamment faire des travaux de blanchiment à certains endroits», indique-t-il pour expliquer la décision de fermer l’établissement mardi et mercredi.

«On va réévaluer demain [mercredi] après-midi, pour voir l’évolution au niveau esthétique et au niveau de l’odeur.» Les 32 clients qui se trouvaient dans les 14 chambres ouvertes ont pu être relogés à l’Hôtel Valcartier, sur le même site.

Il est possible que l’Hôtel de glace poursuive ses activités avec une chambre en moins cette saison. La suite où l’incendie s’est déclaré pourrait être condamnée, selon les évaluations qui seront faites. «On va évaluer si on la travaille, si on la resculpte. On va possiblement s’en passer.»

Jamais vu

Fondé par Jacques Desbois en 2001, l’Hôtel de glace n’avait jamais été victime d’un incendie avant la nuit de lundi à mardi. Et le fondateur admet, sourire en coin, que l’événement a de quoi surprendre.

«C’est une première. À tout le monde qui a été contacté, parmi la direction et l’entreprise d’experts en sinistres, on a dû préciser que ce n’était pas une blague. Les gens nous demandaient de répéter pour être certains d’avoir bien compris. L’igloo brûle!» lance M. Desbois, capable de dédramatiser l’incident maintenant que le danger est écarté.

Le PDG assure toutefois que son organisation prend l’incendie au sérieux et confirme que les procédures seront revues de fond en comble. «On est heureux que ce soit “plus de peur que de mal”, mais un événement comme celui-ci nous force à revoir nos procédures. Le risque zéro n’existe pas, mais il y a matière à se questionner», souligne le dirigeant.