/sports/ski
Navigation

Déception chez les Québécoises

Déception chez les Québécoises
Photo le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

DEER VALLEY | Quelques heures plus tôt, les skieuses québécoises ont connu une mauvaise journée au boulot.

Aucune représentante de la Belle Province n’est parvenue à se qualifier pour la finale présentée en soirée. Chloé Dufour-Lapointe (20e), Justine Dufour-Lapointe (21e), Audrey Robichaud (33e) et Maxime Dufour-Lapointe (34e) n’ont pas été en mesure de se classer dans le top 16 qui donne accès à l’étape suivante. Il ne faut pas oublier Alex-Anne Gagnon, qui a pris le 24e rang.

Pendant les dernières descentes, les Québécoises avaient la mine basse et se demandaient ce qui venait de survenir sur le parcours de bosses du Deer Valley Resort.

« C’est très très décevant, a affirmé l’entraîneur de l’équipe canadienne féminine, Michel Hamelin. On a vu plusieurs skieuses américaines qui tentaient de se qualifier pour les Jeux olympiques et qui voulaient manger la piste.

« Mes filles sont demeurées propres dans leur course comme d’habitude, mais elles ont commis de petites erreurs. Ça les a placées dans une situation critique avant de se faire sortir.»

Il voit rarement ses skieuses tomber à plat presque toutes en même temps.

« Je ne m’attendais pas à cela, car les entraînements s’étaient très bien déroulés, a ajouté Hamelin. Parfois, une petite claque dans la figure, ça nous fait réaliser qu’il faut être plus agressif en piste.

« Mes filles ont quitté le site et elles étaient fâchées de leur performance respective. Demain (aujourd’hui), ça va brasser ! »

Un jugement différent

Hier après-midi, la majorité des skieuses ont enregistré des temps très respectables, mais elles ont reçu un pointage sévère des juges.

« Lorsque tu regardes nos chronos, elles sont plus cleans que les autres, a précisé Hamelin. Elles sont parmi les plus rapides. Par contre, étant donné que c’est propre, ça semble moins rapide à l’oeil.

« Cette saison, on a l’impression que les juges trouvent que ça l’air trop facile. Ils ne regardent pas seulement le temps et de dire que la skieuse a bien fait. Normalement, ça paye beaucoup plus. C’est une chose qu’on doit comprendre afin d’avoir les bonnes stratégies aux Jeux.»