/news/consumer
Navigation

Laitue romaine contaminée à la bactérie E. coli: l’éclosion semble terminée

Laitue romaine contaminée à la bactérie E. coli: l’éclosion semble terminée

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | La vague d’infections à la bactérie E. coli liée à la consommation de laitue romaine, qui avait fait deux morts au Canada et aux États-Unis à la fin de l’année dernière, semble être terminée, a indiqué l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) mercredi.

Dans un communiqué, l’ASPC a indiqué que «le risque pour les Canadiens est de nouveau faible», tout en mentionnant que la maladie ne s’était pas déclarée chez qui que ce soit après le 12 décembre.

À ce jour, 42 cas d’infection à la bactérie ont été signalés dans cinq provinces de l'est du Canada: l’Ontario (8), le Québec (15), le Nouveau-Brunswick (5), la Nouvelle-Écosse (1) et Terre-Neuve-et-Labrador (13).

Les personnes sont devenues malades en novembre et au début de décembre 2017. Du nombre, 17 patients ont dû être hospitalisés et l’un d’entre eux est décédé.

Les malades étaient âgés de 3 à 85 ans et 74 % d’entre eux étaient des filles et des femmes. «La majorité des personnes qui sont tombées malades ont déclaré avoir mangé de la laitue romaine avant que ne se manifeste la maladie. Elles ont dit en avoir mangé à la maison, ainsi que dans des salades préparées vendues en magasin, dans des restaurants et des chaînes de restauration rapide», peut-on lire dans le rapport d’enquête de l’ASPC.

Du côté des États-Unis, 24 cas d’infection à la bactérie ont été recensés dans 15 États. Dix-huit malades ont dû être hospitalisés, dont un patient qui est décédé en Californie et deux autres qui ont développé un syndrome hémolytique urémique, une forme d’insuffisance rénale, a fait savoir le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CCPM) des États-Unis.

Les autorités américaines n’ont pas lié directement cette éclosion de la maladie à la consommation de laitue romaine, mais plutôt à celle de légumes verts en feuilles. Elles ont toutefois affirmé que les souches de E. coli qui circulaient au Canada et aux États-Unis présentaient un génome très similaire.

La cause de la contamination et la provenance des laitues romaines contaminées n'ont pas été déterminées par l’ASPC.

Pour éviter d’être contaminés par la bactérie, les consommateurs sont invités à se débarrasser des feuilles enveloppantes et de bien laver la laitue à l’eau courante avant consommation.