/sports/tennis
Navigation

Serena Williams a échappé au pire après son accouchement

Serena Williams a échappé au pire après son accouchement
Instagram Serena Williams

Coup d'oeil sur cet article

La joueuse de tennis américaine Serena Williams assure avoir encore soif de victoires après l’interruption de sa carrière pour cause de maternité.

Elle révèle aussi dans le magazine Vogue paru mercredi avoir été victime de complications après la naissance de sa fille, Alexis Olympia Ohanian Jr, le 1er septembre.

À 36 ans, elle a remporté 23 victoires en simple dans les tournois majeurs, soit un de plus que l’Allemande Steffi Graff et à une victoire de l’Australienne Margaret Court.

La joueuse a retrouvé les courts pour un match exhibition à Abou Dhabi fin décembre, près d’un an après avoir mis sa carrière entre parenthèses. Elle a déclaré forfait pour l’Open d’Australie, qui commence la semaine prochaine et dont elle est tenante du titre, s’estimant « pas au niveau » et pourrait retrouver la compétition à Indian Wells en mars.

« Cela va peut-être sans dire, mais je dois le dire de manière forte : Je veux absolument d’autres titres du Grand Chelem. Je suis au courant du record et, ce n’est pas un secret, mon objectif c’est 25 », assure-t-elle.

« En fait, je pense qu’avoir eu un bébé peut m’aider », explique la joueuse qui a épousé le cofondateur du site Reddit Alexis Ohanian, à la mi-novembre à La Nouvelle-Orléans (sud).

« Quand je suis trop angoissée, je perds mes matches, et je crois que beaucoup de cette anxiété a disparu depuis qu’Alexia est née. Sachant que j’ai eu ce beau bébé, je sens que je n’ai pas besoin de jouer une autre partie, dit-elle. Je n’ai pas besoin d’argent, de titre ou de prestige. J’en veux, mais je n’en ai pas besoin ».

« Quand tout a mal tourné »
Serena Williams raconte aussi quand « tout a mal tourné » après la naissance de sa fille par césarienne. Le lendemain de l’accouchement, la joueuse, qui avait déjà été hospitalisée en 2011 pour une embolie pulmonaire, a été victime d’un nouvel incident et les médecins ont découvert des caillots de sang dans ses poumons. Puis la cicatrice de sa césarienne s’est rouverte à cause de fortes quintes de toux, provoquant un hématome dans l’abdomen. À sa sortie de la clinique six jours plus tard, elle est restée alitée pendant six semaines.

Elle revient également sur sa rivalité avec sa sœur, Venus, un an plus âgée et qui a dominé le circuit féminin au tournant des années 2000. Sept fois titrée en Grand Chelem, elle a connu une éclipse entre 2010 et 2014, en partie à cause de problèmes de santé.

« Je sais que sa carrière aurait été différente si elle avait eu ma santé, assure Serena. Je déteste jouer contre elle à cause de sa tête, elle a l’air si triste quand elle perd, ça me fend le cœur. Quand je l’affronte, je ne la regarde jamais, parce que si elle fait cette tête, ça me fait mal et je me mets à perdre. Je pense que le tournant dans notre rivalité a eu lieu quand j’ai arrêté de la regarder. »

La saison dernière, les deux sœurs s’étaient retrouvées en finale à Melbourne. Serena l’avait emporté et mène désormais 7 victoires à 2 dans ces duels au sommet.