/world/usa
Navigation

Trump s'emporte et parle des immigrants provenant de «pays de merde»

Le président Donald Trump n’aurait pas mâché ses mots en qualifiant certaines nations comme des «pays de merde».
AFP Le président Donald Trump n’aurait pas mâché ses mots en qualifiant certaines nations comme des «pays de merde».

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Le président Trump se serait emporté jeudi lors d’une rencontre à la Maison-Blanche lorsqu'on lui a suggéré que les protections touchant aux immigrants de pays comme Haïti et le Salvador devraient être restaurées.

Selon le quotidien The Washington Post, le président n’aurait pas mâché ses mots en qualifiant les nations concernées comme des «pays de merde» («shithole countries»). Il faisait alors référence à Haïti, au Salvador ainsi qu’à des pays africains.

Le Post s’appuie sur le récit de deux personnes qui ont pris part à la rencontre avec le président républicain. Il a alors été question d’un accord d'immigration bipartite qui a déplu à M. Trump.

«Pourquoi avons-nous tous ces gens de pays de merde qui viennent ici», aurait déclaré M. Trump, en suggérant par la suite que les États-Unis devraient plutôt accueillir plus de gens de pays comme la Norvège, dont il a rencontré le premier ministre mercredi.

Le sénateur républicain Lindsey O. Graham et le sénateur démocrate Richard J. Durbin ont proposé de réduire le programme de loterie des visas de 50 % et de donner la priorité aux pays déjà dans le système, selon le Post.

«Certains politiciens de Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain», a indiqué le porte-parole de la Maison-Blanche Raj Shah.

Rappelons que l’administration Trump a mis fin au programme temporaire de résidence qui a permis à des milliers d’Haïtiens de se réfugier aux États-Unis à la suite du tremblement de terre de 2010.

Le statut de protection temporaire prendra par ailleurs fin en 2019 pour 200 000 Salvadoriens établis aux États-Unis, ce qui pourrait donner droit à une autre vague de migration vers le Canada.