/sports/ski
Navigation

Et de 13 pour Kinsgbury

Le Québécois balaie facilement les honneurs des deux épreuves de Deer Valley

Coup d'oeil sur cet article

PARK CITY, Utah | Le nombre 13 est habituellement réservé à la malchance. Jeudi soir, sur la piste de Deer Valley, Mikaël Kingsbury lui a donné une signification positive.

Le skieur de bosses québécois a remporté une autre victoire, sa 13e de suite au sein du circuit de la Coupe du monde de ski acrobatique. Encore une fois, Kingsbury a été sublime dans chacune de ses descentes et il n’a jamais été inquiété par ses adversaires.

On a l’impression de se répéter, mais il a été égal à lui-même. Lors de la finale A, il a survolé la piste avec un pointage de 87,02. Pourtant, à sa sortie, il a confié qu’il avait connu un mauvais départ et l’atterrissage de son deuxième saut n’était pas à son goût.

Puis, lors de l’étape ultime, il a été en mesure de repousser ses limites avec une note de 88,80, soit au-delà de cinq points de plus que son plus proche poursuivant, le Kazakh Dmitriy Reikherd. L’Australien Matt Graham a grimpé sur la troisième marche du podium.

« Je n’ai pas poussé la machine en finale, mais je l’ai fait en super finale, a indiqué Kingsbury au Journal de Montréal. Les temps des autres étaient rapides, mais je sais que j’ai l’avantage sur eux au niveau des sauts.

« Je veux démontrer que je suis l’homme à battre. Je me sentais vraiment bien. »

Kingsbury a bien tenté de pousser la machine en étant très agressif lors de ses deux courses, mais le champion du monde était simplement dans une classe à part.

On peut maintenant se demander où s’arrêtera Kingsbury avec une seule compétition avant les Jeux olympiques, dans moins d’un mois. Il ne semble pas vouloir ralentir avant d’atteindre son objectif ultime : la médaille d’or.

Mieux et satisfaisant

Chez les femmes, les Canadiennes ont connu une meilleure journée que celle de mercredi, mais ce ne fut pas suffisant pour obtenir un podium. Tout d’abord, quatre d’entre elles se sont qualifiées pour la première finale.

Pour obtenir ce privilège, Andi Naude, Audrey Robichaud ainsi que les sœurs Justine et Chloé Dufour-Lapointe avaient terminé parmi les 16 premières lors des qualifications tenues en après-midi. Toutefois, seule Naude a été en mesure d’atteindre la super finale, où les six meilleurs pointages de la ronde précédente avaient été regroupés. Elle a terminé au cinquième rang lors de l’étape ultime.

Malgré sa déception, Robichaud (10e) et les sœurs Dufour-Lapointe (8e place pour Justine et 14e pour Chloé) ont fait montre de caractère, comme le souhaitait leur entraîneur Michel Hamelin.

« C’était un test pour moi et j’ai bien répondu, a confié Robichaud après son élimination. Ma course de mercredi a été difficile mentalement. Je suis content de m’être relevé de la bonne façon.»

L’épreuve a été remportée par l’Américain Jaelin Kauf (81,37). Elle a devancé la Française Perrine Laffont (80,38) et sa compatriote Morgan Schild (78,76).


L’équipe canadienne de bosses se dirigera maintenant vers le Mont-Tremblant où se tiendra la dernière épreuve du circuit de la Coupe du monde avant les Jeux olympiques. Si les places de trois athlètes sont coulées dans le béton, d’autres pourraient être déterminées lors de cette journée de compétitions.