/news/currentevents
Navigation

Deux surdoses mortelles en une nuit: un rapport du coroner qui alimente l’incompréhension

Quebec
Photos Stevens Leblanc et d’archives Martine Simard et son conjoint Marc Fugère déplorent que la police n’ait pas investigué pour tenter de trouver d’où provenait la drogue qui a tué leur fille Éloïse (photo de gauche). C’est une polyintoxication qui est la cause du décès, selon le coroner.

Coup d'oeil sur cet article

Les deux femmes de Québec décédées presque simultanément le 1er septembre 2016 sont mortes de surdose, confirment les rapports de coroner, mais aucun élément ne permet de faire un lien entre les deux cas.

Dans la nuit du 31 août au 1er septembre 2016, deux femmes, l’une de 24 ans, l’autre de 41 ans, sont mortes à Québec. Leur mort simultanée et qualifiée de suspecte par la police avait entraîné plusieurs questions.

Karen Nolin-Carrier, 41 ans, avait été retrouvée sans vie par son conjoint dans un bâtiment désaffecté de l’avenue Marie-de-l’Incarnation, alors qu’Éloïse Simard-Fugère avait été découverte gisant dans sa voiture sur le chemin de la Canardière.

Les deux rapports produits séparément confirment maintenant que les deux femmes sont mortes d’une surdose. Il s’avère que du fentanyl a été détecté dans le corps de Karen Nolin-Carrier au terme de l’analyse toxicologique.

Le fentanyl est toutefois loin d’être la seule drogue retrouvée dans le corps de la toxicomane puisqu’au moins treize autres produits toxicologiques différents ont été retrouvés dans le corps.

La coroner Lyne Chouinard conclut donc qu’il s’agit d’une « intoxication mixte » et que ce cas n’a pas été comptabilisé dans les décès par surdose de fentanyl, crise qui inquiète la santé publique présentement.

Enquête critiquée

Quant à Éloïse Simard-Fugère, un mélange de méthamphétamines, de GHB, d’hydromorphone et de médicaments a été détecté, mais aucune de ces substances n’était en quantité létale. C’est donc une polyintoxication qui est la cause du décès, selon le coroner.

La mère d’Éloïse, Martine Simard, se dit « très, très déçue » du travail des policiers qui ont depuis mis un terme à l’enquête, jugeant qu’il n’y avait pas d’incidence criminelle. « S’il y a une drogue qui tue sur le marché, c’est clair qu’il faut la retirer », estime la dame.

Puisqu’une caméra de surveillance a capté Éloïse sortant de l’immeuble d’habitation juste devant lequel elle a été retrouvée, Mme Simard ne comprend pas pourquoi il n’y a pas eu une enquête pour tenter de trouver d’où la drogue provenait. « Elle est entrée là, c’était certainement pour aller chercher sa drogue », critique Martine Simard.

De grandes consommatrices

Les deux femmes étaient de grandes consommatrices de drogues de rue selon les coroners. Mme Nolin-Carrier avait même été hospitalisée trois fois pour « intoxication grave ».

 

Karen Nolin-Carrier

Quebec
Photo courtoisie
  • 41 ans
  • Prostituée
  • Retrouvée inconsciente tôt le 1er septembre dans un immeuble désaffecté à l’angle de Charest et de Marie-de-l’Incarnation

Éloïse Simard-Fugère

Quebec
Photo courtoisie
  • 24 ans
  • Bachelière de l’Université Laval
  • Décédée le 31 août peu avant minuit devant le 2203, chemin de la Canardière