/sports/opinion/columnists
Navigation

La MDC chez les chevreuils : pas de panique

La MDC chez les chevreuils : pas de panique
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

À la suite de la parution d’un article dans Le Journal concernant la maladie débilitante chronique (MDC) qui affecte les cervidés un peu partout en Amérique du Nord, plusieurs chasseurs ont eu une véritable réaction de panique pour le troupeau du Québec. Pourtant, selon tous les experts, elle n’est pas présente au Québec.

Ainsi, on peut lire très clairement sur le site du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) : « Actuellement, le Ministère n’a aucune indication selon laquelle la MDC puisse être présente au Québec. »

Depuis que cette maladie est apparue au Colorado en 1967, elle s’est propagée dans 23 États américains et deux provinces canadiennes, soit l’Alberta et la Saskatchewan. En 2005, quelques cas ont été décelés dans l’État de New York, l’endroit le plus près du Québec.

Il ne faut surtout pas nier l’existence de cette maladie, mais il faut être très prudent dans l’interprétation des données disponibles. Les chasseurs du Québec peuvent encore dormir tranquilles puisque les spécialistes surveillent la situation de très près.

En effet, depuis 2007, le MFFP, en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, réalise un programme de surveillance des chevreuils abattus dans les secteurs les plus à risque pour l’introduction de la maladie, à savoir l’extrême sud du Québec. Au cours des dix dernières années, plus de 8200 chevreuils ont été analysés et aucun cas de la MDC n’a été détecté.

Durant la saison 2016 par exemple, le MFFP a poursuivi sa surveillance en Estrie et en Montérégie. Huit boucheries ont collaboré à la surveillance de la maladie en conservant un certain nombre de têtes de chevreuils abattus durant la chasse pour les experts du ministère, qui ont prélevé les ganglions lymphatiques pour les envoyer au MAPAQ, où on a procédé aux analyses. Sur les 1001 analyses qui ont été réalisées, aucun cas de MDC n’a été détecté. Il faut dire aussi que contrairement à la maladie de la vache folle, à laquelle elle est comparée, rien ne laisse croire que la MDC est transmissible aux humains.

Le MFFP demande l’aide des chasseurs qui deviennent des assistants très importants pour les chercheurs parce qu’ils sont toujours sur le terrain.

RÉGLEMENTATION STRICTE

Depuis le 1er janvier 2012, le MFFP applique une réglementation très sévère qui implique qu’il est interdit d’importer ou de posséder des carcasses entières ou certaines parties distinctes comme le cerveau, la moelle épinière et autres, si le cervidé a été abattu à l’extérieur du Québec. La liste des parties permises est complète sur le site du MFFP à l’adresse www.mffp.gouv.qc.ca, où il est question de la MDC avec une description précise et toutes les explications pertinentes démontrant que la maladie est absente au Québec.

Les amateurs de chasse du chevreuil peuvent donc poursuivre leur activité favorite avec un troupeau de chevreuils qui n’a jamais été aussi important au Québec.

En bref

Les 20, 21 et 22 avril prochains, la ville de Saint-Raymond tiendra la quatrième édition de son Salon Nature Portneuf. À cette occasion, vous pourrez rencontrer des gens du milieu de la chasse et de la pêche dans cet événement qui se veut de qualité, diversifié et original. Il reste encore des places pour les gens qui voudraient exposer leurs produits ou offrir leurs services. Le Salon se déroulera à l’aréna de Saint-Raymond. Le porte-parole de ce grand rendez-vous est Stéphane Monette, de la Ferme Monette. Pour en savoir plus sur les kiosques disponibles, vous pouvez joindre Alexandra Desrosiers au 418 337-6667, poste 209, ou pour toutes autres demandes concernant le Salon, Annie Martel au 418 337-6667, poste 204. Pour en savoir plus sur le Salon : www.salonnatureportneuf.com.