/news/currentevents
Navigation

Mystère autour du décès d’un Québécois en Ontario

La Police provinciale de l’Ontario enquête toujours

Véhicule de Stéphane Vaillancourt
Photo Courtoisie Le véhicule accidenté de Stéphane Vaillancourt.

Coup d'oeil sur cet article

Stéphane Vaillancourt, un homme de 39 ans de Québec retrouvé sans vie en Ontario, le 5 janvier dernier, est décédé d’au moins un coup de couteau, indique la Police provinciale de l’Ontario (PPO), qui ne confirme toutefois pas qu’il s’agit d’un meurtre.

Le mystère plane autour des circonstances du décès de cet homme de Québec. Plus tôt cette semaine, la PPO a demandé l’aide de la population afin d’obtenir des informations qui pourraient faire progresser l’enquête.

« La cause de la mort qui a été déterminée est une blessure par coup de couteau », indique le sergent détective Matt Watson, de la section des enquêtes criminelles.

« Mais nous n’avons pas déterminé les circonstances de la mort », poursuit-il, ajoutant au passage qu’aucune preuve d’activité criminelle ne se trouvait sur la scène.

Meurtre ou suicide ?

L’autopsie a été pratiquée mercredi 10 janvier, au centre du Service de médecine légale de l’Ontario. La PPO doit maintenant déterminer s’il s’agit d’un meurtre ou d’un suicide, évoque M. Watson.

Vaillancourt a été retrouvé sans vie le 5 janvier, mais son décès remonte fort probablement au 3 janvier, le jour même de son arrivée en Ontario, selon le sergent-détective.

L’homme se trouvait à l’extérieur de sa voiture, dans un stationnement de la rue Lyle, à proximité de l’autoroute 401.

Le sergent-détective Watson n’a pas voulu indiquer si le corps de Vaillancourt portait plusieurs coups de couteau ou si une note avait été laissée sur les lieux.

Connu à Lévis

Le Service de police de la Ville de Québec a été mis à contribution dans le dossier, mais aucune information supplémentaire sur le dossier n’a pu être donnée.

Stéphane Vaillancourt était connu du Service de police de la Ville de Lévis. Le 3 février 2015, en plein après-midi, il avait commis un vol qualifié à la Banque Royale du boulevard Guillaume-Couture.

Il s’était lui-même rendu à la police le jour même. Il avait été déclaré non criminellement responsable un mois plus tard pour cause de troubles mentaux.