/world
Navigation

«Pays de merde» : le groupe africain à l’ONU réclame des excuses à Trump

«Pays de merde» : le groupe africain à l’ONU réclame des excuses à Trump
AFP

Coup d'oeil sur cet article

NATION UNIES | Les ambassadeurs du groupe africain à l’ONU ont exigé vendredi, dans un communiqué au langage très fort, « rétractation » et « excuses » au président américain Donald Trump, condamnant ses propos « racistes » rapportés la veille sur l’immigration en provenance de « pays de merde ».

Après une réunion d’urgence qui a duré quatre heures, le groupe se dit à l’unanimité « extrêmement choqué » et « condamne les remarques scandaleuses, racistes et xénophobes » de Donald Trump « telles que rapportées par les médias ».

Le groupe exige ainsi « rétractation et excuses ». Il se dit « préoccupé par la tendance continue et grandissante de l’administration américaine vis-à-vis de l’Afrique et des personnes d’origine africaine à dénigrer le continent, et les gens de couleur ».

Il se dit « solidaire du peuple haïtien et des autres qui ont également été dénigrés » tout en remerciant « les Américains de toutes origines qui ont condamné ces remarques ».

« Pour une fois on est unis », a souligné un ambassadeur à l’AFP, sous couvert d’anonymat.

C’est lors d’une réunion sur l’immigration avec des parlementaires à la Maison Blanche que Donald Trump s’est emporté jeudi sur l’immigration en provenance de « pays de merde », des mots qu’il a partiellement contestés.

Sollicitée jeudi soir sur ces propos, la Maison Blanche n’avait pas contesté ou démenti, se bornant à souligner que M. Trump se battrait « toujours pour le peuple américain ».

Le président américain a réagi au tollé vendredi matin avec une formule alambiquée sur Twitter: « Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés », a-t-il affirmé. Plusieurs parlementaires ont de leur côté affirmé avoir bien entendu ces mots, ou avoir eu confirmation de première main de la part de personnes présentes.

Cuba condamne ces déclarations « racistes et grossières »

Cuba a condamné vendredi les déclarations « racistes, dénigrantes et grossières » du président américain Donald Trump, après ses propos rapportés la veille sur l’immigration en provenance de « pays de merde ».

L’île « condamne fermement les déclarations racistes, dénigrantes et grossières des États-Unis sur Haïti, le Salvador, les états africains et les autres continents », a déclaré lors d’un journal télévisé le ministère cubain des Affaires étrangères.

« Ces déclarations pleines de haine et de mépris suscitent l’indignation du peuple cubain », a-t-il ajouté, rappelant notamment l’importance du rôle joué par les Africains et les Haïtiens dans l’histoire de Cuba.

C’est lors d’une réunion sur l’immigration avec des parlementaires à la Maison-Blanche que Donald Trump s’est emporté jeudi sur l’immigration en provenance de « pays de merde », des mots qu’il a partiellement contestés.