/sports/hockey/canadiens
Navigation

Une expérience de plus dans le baluchon

Price revient timidement sur sa nomination pour le match des étoiles

Carey Price et ses coéquipiers du Canadien affronteront les Bruins trois fois au cours des huit prochains jours.
Photo d'archives, Martin Chevalier Carey Price et ses coéquipiers du Canadien affronteront les Bruins trois fois au cours des huit prochains jours.

Coup d'oeil sur cet article

Fraîchement rentré de la Floride où il a passé ses quelques jours de congé en compagnie de son épouse et de sa fille, Carey Price se réjouit à l’idée de retrouver le soleil à la fin du mois.

Pour la sixième fois de sa carrière, le gardien de 30 ans participera au week-end des étoiles à la fin de janvier.

« Ce sera une autre belle expérience. Cette année, c’est dans un bel endroit », a-t-il déclaré en faisant allusion à la ville de Tampa, qui sera l’hôte de cette classique annuelle.

La nomination de l’homme masqué du Canadien en a laissé plus d’un songeur étant donné le difficile début de saison qu’il a connu. Un sujet sur lequel le principal intéressé n’a pas voulu s’étendre trop longtemps.

« Ce fut assurément un départ difficile, mais je suis très heureux de représenter notre équipe », s’est-il contenté de répondre.

Avant de rater 10 rencontres pour soigner une blessure au bas du corps, Price affichait un dossier de 3-7-1 en 11 départs, une moyenne de buts alloués de 3,77 et un taux d’efficacité de ,877.

De retour à compter du 25 novembre, le Britanno-Colombien a retrouvé sa touche avec un dossier de 10-7-1, une moyenne de buts alloués de 2,36 et un taux d’efficacité de ,930.

Gallagher n’y a jamais pensé

De l’avis de plusieurs, Brendan Gallagher aurait grandement mérité d’être au week-end des étoiles, lui qui se veut le joueur le plus constant du Canadien depuis le début de la saison.

Toutefois, la récolte de 16 buts et 23 points de l’Albertain est loin de celle des six attaquants retenus pour défendre les couleurs de la division Atlantique.

Peu habitué à ce type de marque de reconnaissance, Gallagher n’a pas songé un instant à la possibilité d’un voyage supplémentaire en Floride.

« Non, je n’y pensais pas. Je ne me considérais pas comme une option. Je ne devais même pas être sur le bulletin de vote, a-t-il indiqué. Je suis heureux pour les joueurs sélectionnés. »

D’ailleurs, selon lui il n’y avait qu’un choix possible dans le vestiaire montréalais.

« Carey est le cœur de notre équipe. Il nous donne toujours une chance de gagner. Si j’avais à choisir un seul joueur pour représenter notre équipe, il serait mon choix, a-t-il soutenu. Il répare les erreurs de ses coéquipiers avec de gros arrêts. Je sais qu’il représentera bien notre équipe. »

Grosse séquence

D’ici ce prochain voyage en Floride, Price et le Canadien devront disputer sept rencontres. De ce nombre, ils affronteront leurs rivaux de Boston trois fois en sept jours.

« Les Bruins jouent du bon hockey. Ce sera tout un défi. On va commencer par le premier et on verra par la suite », a mentionné le gardien.

En plus de cette série de matchs face aux Bruins, le Canadien croisera le fer avec les Islanders et les Hurricanes. Il s’agira donc de

cinq confrontations qui auront une incidence directe sur le reste de la saison du Tricolore.

« Un calendrier difficile nous attend, a reconnu Price. Soit cette portion nous propulsera vers l’avant, soit elle nous fera faire du surplace. »

Une chose est sûre, ce segment devrait déterminer la philosophie qu’adoptera Marc Bergevin à un mois de la date limite des transactions.