/weekend
Navigation

Des mots contre les maux

Clémence DesRochers et Lorraine Palardy de la Fondation Les Impatients.
Photo Pierre-Paul Poulin Clémence DesRochers et Lorraine Palardy de la Fondation Les Impatients.

Coup d'oeil sur cet article

Cinq ans après sa dernière publication, la tradition Mille mots d’amour reprend cette semaine, portée par des écrits de Jacques Brel, Leonard Cohen, Jean-Marc Vallée, Ariane Moffatt et autres Marie-Thérèse Fortin.

Que sont ces Mille mots d’amour ? L’initiative de la Fondation Les ­Impatients a été publiée annuellement, de 2005 à 2013, réunissant des lettres d’amour, évidemment, adressées aux personnes, aux événements ou même aux objets qu’ils affectionnent particulièrement.

Au fil des ans, des centaines de personnalités issues de différents secteurs se sont prêtées au jeu, de Denys Arcand à Isabelle Boulay, en passant par India Desjardins, ­Mariloup Wolfe et Rita Lafontaine. À leurs mots se sont ajoutés ceux du public et de certains Impatients, des personnes atteintes de troubles mentaux fréquentant la fondation du même nom.

Un best of

Cette dixième édition du coffret Mille mots d’amour propose des écrits inédits, mais contient également des lettres issues des éditions précédentes. Parmi celles-ci, notons celle de Jacques Brel, fruit d’une correspondance avec son amie Clairette Oddera, et celle de ­Leonard Cohen, écrite en 2008.

« Ce sont des incontournables. On ne pouvait pas passer à côté de celles-là », déclare en souriant Lorraine Palardy, présidente fondatrice des Impatients.

On peut également (re)lire celle de Clémence DesRochers, écrite peu après le décès de sa mère, en 1963.

« Je la lisais en spectacle. C’était très touchant chaque fois. Alors quand le comité a relu toutes les lettres publiées dans les coffrets précédents, il a choisi de ramener celle-ci », explique-t-elle.

L’humoriste fait partie de l’aventure des Impatients depuis sa fondation, il y a 25 ans, interpellée par la cause de la maladie mentale. Elle détient ­depuis le titre de marraine et porte-­parole de l’organisme.

« Je suis obsédée par l’idée de savoir que certaines personnes sont constamment malheureuses. La maladie mentale, on en a eu peur trop longtemps. Et avec des projets comme Mille mots d’amour, on donne une voix aux gens qui en souffrent. Ça ne guérit peut-être pas leurs maux, mais ça leur apporte des moments de bonheur. Et ça, ça fait une différence », explique-t-elle.

Carte blanche

À l’instar de ceux des éditions précédentes, les artistes approchés par l’équipe de Lorraine Palardy ont reçu carte blanche pour leurs écrits. Certains y sont allés avec humour, d’autres de manière plus sensible et touchante. La seule contrainte ? La longueur de la correspondance, qui doit tenir dans une seule page, soit autour de 300 mots.

Marie-Soleil Dion y a donc écrit à son fils Léon, avant même qu’il ne naisse, Paul Arcand s’y adresse à sa conjointe, tandis que Jay Du Temple a choisi de taire l’identité de sa correspondante.

« On laisse libre cours à leur inspiration », précise Lorraine Palardy.


Le coffret Mille mots d’amour sera en vente dès mardi. La totalité des profits servira à financer les activités de la Fondation Les ­Impatients. Le lancement, ouvert au public, aura lieu de 17 h 30 à 20 h au 100, rue Sherbrooke Est.