/finance/opinion/columnists
Navigation

Disette de l’emploi pour les femmes

Coup d'oeil sur cet article

Sur les 86 700 emplois créés au Québec en 2017, les femmes récoltent des miettes.

Selon les données de Statistique Canada sur le marché du travail, les femmes ont mis la main sur seulement 4000 emplois, soit 4,6 %.

Le gouvernement Couillard aura beau se vanter sur toutes les tribunes qu’il crée beaucoup d’emplois, on conviendra que l’anémique création d’emplois chez les femmes est un sérieux problème auquel le gouvernement devrait s’attaquer prioritairement.

Depuis que le gouvernement Couillard a pris le pouvoir en avril 2014, les femmes n’ont obtenu que 28,6 % de tous les emplois créés au Québec, soit 69 700 sur 243 600. C’est un résultat extrêmement faible, compte tenu du fait que les femmes représentaient quelque 48,3 % de la main-d’œuvre québécoise lorsque les libéraux ont repris le pouvoir il y a trois ans et 10 mois.

Recul

Aujourd’hui, les femmes comptent pour 47,2 % de la main-d’œuvre au Québec, reculant donc de 1 point de pourcentage par rapport à avril 2014.

La création d’emploi chez les femmes au Québec au cours des dernières années est d’autant catastrophique que le Québec est en croissance économique. Imaginez le désastre s’il avait fallu que l’économie végète.

Pour vous montrer à quel point la main-d’œuvre féminine au Québec traverse une période difficile, sachez que dans l’ensemble du pays, le portrait est totalement différent.

Au Canada

Contrairement aux Québécoises qui profitent peu de la progression de l’emploi, l’ensemble des Canadiennes a réussi depuis avril 2014 à accaparer une part des nouveaux emplois équivalant à leur « poids » dans la main-d’œuvre canadienne.

Comptant pour 47,7 % de la main-d’œuvre, les Canadiennes ont mis la main sur 47,8 % des 891 700 nouveaux emplois qui se sont ajoutés depuis avril 2014 au Canada.

Mieux encore. Bien qu’elles soient moins nombreuses que les hommes sur le marché du travail canadien, les femmes ont décroché un nombre d’emplois à temps plein plus élevé que les hommes.

Et 2017 n’a pas fait exception alors que les Canadiennes ont obtenu plus d’emplois à temps plein que les hommes.

Les 15 à 24 ans

Chez les jeunes travailleurs, les femmes ont perdu en 2017 au Québec quelque 18 400 emplois.

Les gars, eux, voyaient le nombre d’emplois grimper de 7700 au cours de la dernière année.

La tendance s’est avérée différente dans l’ensemble du pays. Alors que l’emploi enregistrait une hausse de 15 600 chez les gars, les filles présentaient une meilleure fiche, avec une augmentation de 18 100 emplois au pays. Au Québec, le taux de chômage chez les travailleuses de 15 à 24 ans s’élève présentement à 8,1 %, à comparer à 6,1 % chez les jeunes hommes.

Comme on peut le constater, le marché du travail au Québec néglige les femmes, même à leur début.