/sports/ski
Navigation

Une chance en or de se mesurer à l’élite de son sport

Première participation aux Championnats du monde junior/U23 de ski de fond pour Félix Longpré

Félix Longpré quitte ce matin le pays en direction de la France où il peaufinera sa préparation pour les Championnats du monde junior/U23.
Photo courtoisie Mario Walker Félix Longpré quitte ce matin le pays en direction de la France où il peaufinera sa préparation pour les Championnats du monde junior/U23.

Coup d'oeil sur cet article

En août dernier, Félix Longpré confiait qu’il était près le jour où il allait choisir entre le vélo de montagne et le ski de fond afin de pouvoir gagner. L’athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges, qui excelle dans les deux sports, a peut-être déniché de nouveaux arguments en faveur de la discipline hivernale.

Longpré a obtenu son billet pour les Championnats du monde junior/U23 qui se tiendront du 28 janvier au 3 février, en Suisse, à l’issue d’une semaine de rêve aux sélections nationales, dans sa cour arrière au mont Sainte-Anne.

Le jeune homme de 19 ans a fini deuxième au skiathlon avant d’en faire autant au 10 km en style classique, ne laissant pas d’autre choix aux décideurs canadiens que de lui réserver une place pour la plus importante compétition au calendrier. L’histoire est encore plus exceptionnelle quand on apprend que Longpré n’en était qu’à sa troisième course officielle de la saison, ayant choisi de faire impasse sur les épreuves dans l’Ouest, par choix et pour une question de budget.

« Honnêtement, je m’attendais à être sélectionné. Chaque année, en voyant les résultats du début d’année dans l’Ouest quand je fais du vélo, je me demande si je serai encore compétitif. Mais c’est rare que ça change d’année en année », avoue-t-il en entrevue.

Si un voyage dans l’Ouest représente des dépenses significatives, il n’y a pas que cette raison qui a poussé Longpré à demeurer chez lui plutôt que d’amorcer sa saison en skis plus tôt. « Ça ne valait pas la peine d’aller là. J’ai fait des courses d’entraînement avec un groupe d’Américains qui comprenait probablement le meilleur [fondeur] nord-américain de mon groupe d’âge [...] Que tu aies une médaille ou pas, il n’y a pas de suite après ça. À moins que tu vises un classement au cumulatif. »

Première expérience

Longpré, qui en sera à une première expérience au Mondial, quitte ce matin avec les membres de l’équipe canadienne en prévision du rendez-vous en sol helvète. Mais avant de s’y rendre, ils passeront les prochaines semaines en France pour s’acclimater à l’altitude, en plus de participer à des étapes du circuit de ce pays. Il n’entend pas simplement figurer parmi les meilleurs au monde.

« L’an passé, comme les Mondiaux étaient en Amérique du Nord, les Européens avaient fait des courses de niveau scolaire. Le calibre sera-t-il plus fort cette année ? Je ne sais pas, mais c’est ma dernière année [junior] et si je pouvais faire des résultats pas pires [...] Ma meilleure chance est en skiathlon, alors je serais content avec un top 15. »