/weekend
Navigation

Imparfaitement libre

Imparfaitement libre
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Bien qu’elle soit attachée à plusieurs projets et qu’elle ait récemment lié sa destinée à celle du hockeyeur Brandon Prust, Maripier Morin se sent plus libre que jamais.

Libre comme l’air. Libre de faire ce qu’elle veut, quand elle le veut.

En entrevue au Journal, le bourreau de travail dit avoir trouvé une sorte de paix intérieure. Un sentiment de sérénité qu’elle chérit tendrement. « C’est à 30 ans qu’une femme devient dangereuse. Parce qu’on se fout de tout. On fait ce qu’on a le goût de faire. Pis si les gens ne sont pas contents... eh bien, qu’ils mangent d’la marde ! »

« Je ne regarde plus en arrière, ­poursuit-elle. J’ai la tête baissée, pis je fonce dans le tas. Je n’ai plus envie de vivre pour les autres. Je n’ai plus envie de m’arrêter pour m’excuser tout le temps. Ça devient aliénant. Mon nouveau mantra, c’est : “J’m’en câlisse.” Pour une petite fille qui s’est tourmentée et qui s’est autoflagellée pendant longtemps, ça fait un bien énorme. »

Sans filet

Maripier Morin n’a pas chômé en 2017. Et tout indique qu’elle vivra également à 200 km/h en 2018. Cette semaine, les téléspectateurs la verront aux commandes de Face au mur, une nouvelle émission à TVA. On parle d’une version dopée (le mot est faible) de Plinko, ce jeu culte de The Price is Right dans lequel des concurrents devaient faire tomber une pastille le long d’une planche cloutée.

L’animatrice a tourné les 10 émissions en 5 jours seulement, en décembre dernier. Elle tenait à réaliser ce blitz de tournages sans filet, c’est-à-dire sans télésouffleur ni carton, afin d’être – vous l’aurez deviné – parfaitement libre.

« Dans l’équipe, tout le monde me ­trouvait complètement disjonctée, relate-t-elle. Mais je suis une fille de défis et j’avais décidé que c’est ce que j’allais faire. Et rien ni personne n’allait m’en empêcher. Ma mère a raison quand elle dit que j’ai une tête de cochon ! »

Contre les préjugés

Maripier Morin fait partie du paysage médiatique québécois depuis 2006, soit depuis son passage remarqué à Occupation double. Au cours des 12 dernières années, la jeune femme de Rivière-du-Loup n’a cessé de gravir les échelons en télévision. Ex-beauté du Banquier, Maripier a été chroniqueuse dans plusieurs émissions à TVA et V, dont Deux filles le matin, Sucré salé, Ça commence bien et District V. Elle a également animé les quotidiennes Ménage à trois et Faites comme chez vous, en plus de prendre part aux émissions Code F, Accès illimité et Hockey Wives. Depuis 2016, elle pilote son talk-show éponyme sur Z et épaule Charles Lafortune à La Voix junior.

Malgré cette feuille de route étoffée, la principale intéressée croit qu’elle devra toujours se battre contre les préjugés liés à ses débuts dans une téléréalité.

« Ça commence à s’estomper, observe-t-elle. Les commentaires sont de plus en plus doux à mon égard. Sans doute parce que les gens réalisent que je suis extrêmement travaillante et que je n’ai pas volé ma place. Mais je fais partie de celles qui polarisent. Il y a toujours des gens qui vont m’aimer et d’autres qui vont me détester. C’est leur droit. Et c’est correct. La journée où je vais faire l’unanimité, c’est la journée où je vais être devenue beige et plate. Je ne veux pas devenir une version trop lisse de ce que je suis. Je l’aime, mon petit côté rough et imparfait. »

«Ça a changé ma vie»

En plus d’être une entrepreneure possédant sa propre plateforme web (lancé en novembre, le site maripiermorin.com a enregistré 250 000 visiteurs uniques durant son premier mois ­d’activité), Maripier Morin a ajouté un titre à son curriculum vitæ l’automne dernier : celui d’actrice. La star a effectivement été recrutée par Denys Arcand pour jouer une escorte de luxe dans son prochain film, Triomphe de l’argent.

« Ça a changé ma vie, confie la comédienne en herbe. Avant, j’étais convaincue qu’être la Maripier spontanée, drôle et électron libre qui dit un peu n’importe quoi, c’était ma seule valeur. Avec Denys, j’ai réalisé que mes autres facettes, celles que je montre moins en public, avaient le droit d’exister. Ça m’a beaucoup apaisée de voir que mon côté vulnérable était bien reçu. Ça a ouvert une porte. »


Face au mur sera diffusé à partir de jeudi, 19 h 30, sur les ondes de TVA.

Triomphe de l’argent devrait sortir en 2018.