/opinion/columnists
Navigation

Nous sommes gouvernés par un adolescent

POL-CAUCUS PLC SAGUENAY
Photo d'archives, Roger Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

Il y a toujours des exceptions, mais prenons l’adolescent typique­­­ de notre époque.

Il veut être traité comme un adulte, mais agit souvent comme un enfant, car il est justement entre ces deux phases de la vie.

Plus ou moins consciemment, il jouera sur les deux tableaux, voulant avoir le meilleur de chacun : la liberté de l’adulte avec l’absence de responsabilités de l’enfant.

S’il est critiqué par un adulte, l’adolescent y verra souvent une incompréhension, voire un non-respect de sa personne.

Pareil

Ses excuses seront souvent cousues de fil blanc : « tout le monde le fait », « vous me faites la morale ».

Si vous osez le punir – mais quel adulte punit de nos jours ? –, vous serez un tyran : il n’y verra pas une leçon, en tout cas pas sur le coup, mais une agression de votre part.

Idéalement, il voudra s’en sortir sans conséquences fâcheuses : garder l’auto, garder le téléphone intelligent, pas de couvre-feu, etc.

Voyez maintenant les réactions de Justin Trudeau dans toute cette affaire de ses vacances gratuites dans l’île privée de son « ami », le richissime Aga Khan.

Il y a d’abord la monumentale erreur de jugement d’y être allé. Comme l’ado qui pense que les lois sur la conduite automobile sont seulement pour les autres... jusqu’au jour où.

Il y a ensuite ses excuses farfelues : « c’est mon ami ». Comme l’ado qui prend vraiment ses parents pour des cons.

La commissaire à l’éthique a établi que Justin Trudeau a vu cet homme une seule fois en 30 ans, lors des funérailles de son père.

Il y a ensuite son sentiment que l’affaire est classée : son acte de contrition suffit et il ne devrait y avoir aucune conséquence concrète pour avoir violé quatre articles de la loi.

Comme l’ado qui verrait de l’acharnement dans le fait que ses parents lui imposent une punition concrète et douloureuse.

Intouchable

Vous et moi avons un retard ou faisons une erreur de calcul dans nos déclarations de revenus.

On nous dira que nul n’est censé ignorer la loi et il y aura des conséquences.

Un simple député est soupçonné d’irrégularités. Avant même que l’enquête débute, il quittera le caucus et siégera comme indépendant.

Si l’enquête ne débouche sur aucune accusation, son retour au caucus n’est pas acquis. Et il restera marqué pour toujours.

Trudeau, lui, clairement coupable, trouve normal de ne pas devoir subir la moindre conséquence concrète et plaidera bientôt la « chasse aux sorcières » si on persiste.

Ajoutez à tout cela sa propension à se représenter le monde comme une émission de Passe-Partout.

Je vous le dis : un ado dans un corps adulte, mais un ado à qui on a confié le pays.