/opinion
Navigation

Saines habitudes de vie: mettre la switch à « on » et la garder allumée

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Pierre Lavoie

Coup d'oeil sur cet article

Faire de l’activité physique, se reprendre en main font partie des résolutions les plus populaires du Nouvel An. Or, nous savons tous que le plus difficile dans les résolutions, ce n’est pas de les formuler, mais de les tenir.

Si vous avez choisi d’adopter un mode de vie plus actif en 2018, je vous propose quelques trucs tout simples pour vous aider à maintenir votre bel enthousiasme. Et, en passant, les bases de la motivation sont les mêmes, que vous soyez un athlète de haut niveau, une personne déjà active ou un sportif de salon.

Fixez-vous un objectif dans le temps

Vous avez décidé de participer à une course ou à une marche organisée cet été ? Inscrivez l’événement dans votre agenda. Cela devient une obligation, un rendez-vous à ne pas manquer. Et faites part de votre objectif à votre entourage. En prenant un engagement ferme et en l’annonçant à vos proches, ce sera plus difficile de revenir en arrière. De plus, vous inciterez peut-être des parents ou amis à vous suivre dans votre aventure, ce qui vous aidera à vous encourager les uns les autres. Ces petites pressions extérieures que vous vous imposerez vous aideront à ne pas céder à la tentation d’abandonner.

Fixez-vous des objectifs atteignables à court terme

Si votre objectif ultime est trop éloigné, vous risquez de vous décourager. Mieux vaut morceler votre défi en petits accomplissements en vue d’un plus grand. Par exemple, si vous souhaitez parcourir 10 km à la marche, à la course ou en raquettes dans 12 mois, donnez-vous comme but d’augmenter votre entraînement d’environ 1 km par mois. En procédant de la sorte, vous accumulerez de petites victoires chaque mois, ce qui vous incitera à persévérer.

Personnellement, j’applique ce principe tout le temps, et notamment en vue de ma participation au Ironman d’Hawaii en octobre prochain, qui marque mon retour à cette compétition après cinq années d’absence. D’ici là, je me suis inscrit à plusieurs petites compétitions qui m’obligent à m’entraîner et qui me permettent de mesurer le fruit de mes efforts. Mesurer votre progression est très important, et je vous suggère de le faire au début de votre projet, puis un mois plus tard. Aujourd’hui, il existe une panoplie d’outils technologiques pour suivre votre avancement. Mais vous pouvez aussi utiliser d’autres méthodes d’évaluation, comme le gain de temps pour parcourir un même circuit, la perte de poids sur la balance ou tout simplement votre niveau de bien-être physique – sommeil plus profond, gain d’énergie, etc. Vous verrez que les progrès que vous aurez accomplis sont une puissante source de motivation.

Mesurez vos progrès, mais ne le faites pas en vous comparant aux autres

C’est l’une des pires erreurs que vous pourriez commettre. Chaque personne est unique et a ses propres capacités et ses contraintes de temps, d’environnement, etc. Si vous vous comparez à tel athlète ou à votre conjoint ou voisin, vous risquez de vous décourager. Restez dans votre bulle et allez de l’avant en faisant abstraction des autres.

Enfin, rappelez-vous qu’il n’y a pas de mauvaises températures, seulement de mauvais vêtements. Cela ne veut pas dire qu’il vous faut une garde-robe remplie des vêtements techniques dernier cri. Du moment que vous êtes bien chaussé pour éviter les blessures et que vous avez une bonne coquille pour vous protéger du froid ou du vent, il ne vous reste plus qu’à enfiler les vêtements que vous avez sous la main, et au diable les modes !

Un éléphant ça se mange une bouchée à la fois

Autrement dit, si votre projet vous semble gigantesque, il demeure atteignable si vous avancez progressivement, à votre rythme. Il vous faudra peut-être plus de temps ou d’efforts que d’autres pour avaler toute votre bête, mais vous en viendrez à bout en prenant une bouchée à la fois. De plus, cela vous évitera l’erreur que commettent bien des gens et qui est de vouloir en faire trop, trop vite, sans laisser le temps à leur corps de s’adapter. Le corps s’adapte à tout, il faut juste lui laisser le temps.

Finalement, le plus important est de vous trouver une activité qui vous plaît et de passer à l’action. En plus de vivre de bons moments en solo ou avec vos enfants, vos amis ou votre chien, votre cerveau sécrétera de précieuses hormones : l’adrénaline qui stimule les sens et vous rend plus alerte ; l’endorphine qui fait disparaître les petits bobos ; et la dopamine, la drogue du bonheur. Tout ça gratuitement !

Pour 2018, je souhaite à chaque Québécois de trouver SON activité qui le gardera motivé et qui l’amènera vers une meilleure santé.

Bonne année active !

Pierre Lavoie est triathlète et cofondateur du Grand défi Pierre Lavoie.

www.legdpl.com