/weekend
Navigation

Réal Béland : Encore aussi fou

L’humoriste promet un numéro éclaté avec son ­complice Stéphane Lefèvre pour le 4e one-man-show de sa carrière.
Photo courtoisie L’humoriste promet un numéro éclaté avec son ­complice Stéphane Lefèvre pour le 4e one-man-show de sa carrière.

Coup d'oeil sur cet article

En 2018, Réal Béland a pris comme résolution de moins travailler. Mais les projets s’alignent pour l’humoriste. Radio, mise en scène, projets télé et cinéma, une implication dans le nouveau festival de l’humour, et surtout, il amorce la tournée Faire semblant, un quatrième one-man-show déjanté.

Un spectacle qui mise sur le stand-up plus que sur les personnages. Une mise en scène plus sobre, mais « esthétiquement impeccable », moins ambitieuse qu’Une autre planète, où Moment Factory avait apporté son grain de sel. Moins fou, Réal Béland ? Pas pour autant !

Il promet, entre autres, un numéro éclaté avec son complice des trente dernières années, Stéphane­­­ Lefebvre, avec qui il signe les textes. Ensemble, ils forment le duo Les Fabuleux Soviets et ils offriront, nous promet-on, quelque chose qui n’a jamais été fait sur scène. « C’est irrévérencieux. C’est un beau numéro physique », s’empresse-t-il de dire.

Le King est mort

À 46 ans, Réal Béland a choisi de tirer un trait sur certains personnages. Faire semblant met fin à « Madame Sexe est dans l’enveloppe », mais il signe aussi la mort du King des ados.

« Quand tu pourrais être le père de ton personnage, c’est parce qu’il est temps de le laisser aller. Si quelqu’un a une bonne idée, dans un gala ou une autre occasion, je vais le refaire. Mais pas en tournée », explique-t-il. Toutefois, pas le choix de ramener M. Latreille, un autre personnage phare qu’il fait depuis 15 ans et qui lui a fait passer quelque 2000 appels.

Besoin d’authenticité

Quant au titre de son spectacle, la crise de la quarantaine a soulevé chez lui un besoin d’authenticité, qu’il considère comme « le mal de la décennie ».

« Les réseaux sociaux, tout le monde paraît bien là-dessus, tout le monde conte un peu des mensonges, déclare-t-il. Tout le monde veut vivre une autre vie que la sienne, avec des lunettes roses. Ça me tombe sur les nerfs. Il faut dire à nos enfants de faire attention à ça, c’est comme si on se coupait de la réalité. On perd la notion de ce qui est vrai et de ce qui ne l’est pas. »

A-t-il déjà fait semblant dans la vie ? « On fait tous un peu semblant. Déjà, en faisant ce métier-là, on n’est pas totalement nous-mêmes », dit-il.

Juste avant de monter sur scène, il y a quelqu’un qui fait chavirer son cœur soir après soir. Il s’agit de sa fille aînée, Charlotte, qui assure sa première partie avec sa guitare et ses propres compositions.

« Il faut qu’elle soit bonne, parce que les gens disent “on sait bien, elle est là parce que c’est sa fille”. Je n’ai pas peur de dire qu’elle est bonne. »


Réal Béland est en tournée partout au Québec. Pour toutes les dates : www.realbeland.com