/weekend
Navigation

La petite séduction à l’envers

Philippe Bond à La Rédemption au Bas-Saint-Laurent.
Photo courtoisie Philippe Bond à La Rédemption au Bas-Saint-Laurent.

Coup d'oeil sur cet article

Comédie sur mesure, c’est comme La petite séduction... mais à l’envers. Chaque semaine, un humoriste organise un bien-cuit aux habitants d’un village du Québec après avoir passé deux jours à sillonner ses rues. Le ton ­demeure toutefois bon enfant. Et bien qu’on parle de moqueries, les bons sentiments finissent toujours par gagner.

Présentée à Z, Comédie sur mesure est issue d’un format étranger intitulé Comedy on the Edge. L’adaptation ­québécoise présente quelques différences importantes avec l’original danois, souligne Marie-Claude Filteau de ComediHa!, la boîte de production derrière LOL :-) et Complexe G.

Au Danemark, on envoie le même ­animateur à différents endroits chaque semaine. Au Québec, on a réparti la tâche entre neuf humoristes, dont ­Philippe Bond (La Rédemption, Bas-Saint-Laurent), Cathy Gauthier ­(Gracefield, Outaouais) et Réal Béland (Saint-Ours, Montérégie).

Au Danemark, on choisit également des villages en difficulté dans lesquels on s’arrête pour remonter le moral des troupes, chose qu’on désirait éviter ici. Cet aspect a été conservé dans l’adaptation canadienne-anglaise diffusée sur CBC, qui porte le titre Still Standing.

« On voulait garder ça positif et bien vivant », explique Marie-Claude Filteau.

Neuf villages

Puisque neuf humoristes se ­partagent l’animation des neuf émissions qui ­composent la première saison de ­Comédie sur mesure, chaque demi-heure est unique, bien qu’elle suive une ­formule semblable aux autres.

P-A Méthot a inséminé artificiellement une vache à Sainte-Perpétue dans Chaudière-Appalaches.
Photo courtoisie
P-A Méthot a inséminé artificiellement une vache à Sainte-Perpétue dans Chaudière-Appalaches.

Aux commandes du premier épisode diffusé cette semaine, P-A Méthot égratigne gentiment les résidents de Sainte-Perpétue, un village de ­Chaudière-Appalaches réputé pour son Festival du cochon. On montre ­notamment le stand-up comique ­apprenant à inséminer des vaches muni d’un long gant de latex.

Pour sa part, Mario Tessier amène sa joie de vivre à L’Isle-aux-Coudres, un petit coin de pays de 1000 habitants dans Charlevoix.

Quant à Mario Jean, il débarque à Charrette, le village voisin du célèbre Saint-Élie-de-Caxton de Fred Pellerin. L’humoriste y rencontre notamment un apiculteur, plus communément appelé un mielleux. Sa blague la plus cinglante concerne le chemin de fer qui sépare le patelin en deux. Pour illustrer ­combien l’endroit semble inintéressant, il ­déclare : « Le train passe en plein milieu du village. J’ai bien dit : “Le train passe.” Il n’arrête pas. »

Recrutement facile

Les tournages de Comédie sur ­mesure se sont étalés de juillet à octobre ­derniers. Le recrutement des ­humoristes est allé rondement. La grande majorité des artistes contactés ont accepté sans hésitation.

« J’ai été touchée du taux de ­participation, indique Marie-Claude Filteau. Les humoristes ne l’ont pas fait pour l’argent, parce qu’on n’avait pas d’énormes budgets. Ils l’ont fait parce qu’ils en avaient envie. Pour eux, c’était comme un retour aux sources. C’était comme un retour à l’époque où ils présentaient leurs spectacles devant des petites foules. Ils avaient envie de retrouver cette énergie. »

« C’est aussi un peu un stunt pour eux, poursuit Mme Filteau. D’habitude, ils prennent des mois à écrire et préparer un numéro. Dans Comédie sur mesure, ils avaient un après-midi pour monter 15 à 20 minutes de matériel. C’est toute une commande ! »


Z présente Comédie sur mesure le jeudi à 21 h 30.