/investigations
Navigation

Ordinateurs du ministère de la Justice: des milliers de tentatives d’accès à des sites pornos

fonctionnaire-porno
Photo Chantal Poirier Le mois de juin est celui durant lequel le plus grand nombre de tentatives a été enregistré.

Coup d'oeil sur cet article

Le réseau informatique du ministère de la Justice a enregistré plus de 100 000 tentatives d’accès à des sites pornographiques en 2017, a appris notre Bureau d’enquête.

Un seul accès a été autorisé en mars dernier, a déclaré Caroline Dorval, directrice des communications du ministère, sans plus de précision sur le contexte de cette décision.

« Le seul accès survenu a été autorisé et a été fait dans le cadre d’une procédure encadrée et à des fins strictement professionnelles », a-t-elle répondu par courriel.

Au total, ce sont 135 812 tentatives d’accès qui ont été bloquées par des filtres mis en place par les autorités ministérielles, indiquent les résultats d’une demande d’accès à l’information.

Ces données proviennent du Rapport des accès aux sites pornographiques, préparé par la direction générale des technologies de l’information et des registres du ministère de la Justice. Il recense une moyenne de 372 essais quotidiens de connexions à des sites pornographiques.

« Tous les sites se retrouvant dans la catégorie pornographie sont bloqués sur le réseau du ministère de la Justice », assure le document.

Le mois de juin est celui durant lequel le plus grand nombre de tentatives a été enregistré, soit 21 735.

« Aucun employé n’a eu accès à un site pornographique », a assuré Mme Dorval, en précisant que les chiffres du rapport concernent les employés du ministère, de ses points de service ou des palais de justice du Québec.

Bannières

D’autre part, les données du ministère ne permettent pas de savoir si les tentatives d’accès sont intentionnelles ou accidentelles.

Le nombre d’essais inscrits dans le rapport tient compte des bannières publicitaires à caractère pornographique bloquées sur des pages qui demeurent, elles, accessibles.

« Cela va être considéré comme une tentative d’accès. Ce n’est donc pas nécessairement parce qu’un utilisateur veut explicitement accéder à un site bloqué. Nous ne pouvons pas faire la différence entre les deux. »

Toute mise à jour de ces pages, automatique ou non, est également calculée comme une tentative de connexion.

Pas de chiffres

Par ailleurs, les ministères du Tourisme et du Conseil exécutif n’ont pas pu fournir de données à ce sujet. Ils ont toutefois indiqué que leurs réseaux informatiques ont des dispositifs bloquant l’accès au contenu pornographique.

Le ministère des Relations internationales a également indiqué qu’il n’avait aucun chiffre à soumettre. Il n’a pas précisé si l’accès à des sites pornographiques est bloqué pour les ordinateurs dont il a la responsabilité.

Au début du mois, une agence de presse britannique a rapporté que 24 473 tentatives d’accès à des sites pornographiques avaient été enregistrées, entre juin et octobre 2017, au Parlement britannique, soit 160 par jour.

– Avec la collaboration de Marie-Christine Trottier

Accès accepté... et refusés

  • Janvier ( 0 accès ) 10 987
  • Février ( 0 accès ) 11 531
  • Mars ( 1 accès ) 6850
  • Avril ( 0 accès ) 14 614
  • Mai ( 0 accès ) 11 742
  • Juin ( 0 accès ) 21 735
  • Juillet ( 0 accès ) 16 639
  • Août ( 0 accès ) 5325
  • Septembre ( 0 accès ) 5767
  • Octobre ( 0 accès ) 7021
  • Novembre ( 0 accès ) 8325
  • Décembre ( 0 accès ) 15 276

Un seul accès (mars) à des sites pornographiques a été autorisé l’an dernier dans le réseau du ministère de la Justice.