/sports/opinion/columnists
Navigation

Une nouvelle image pour la Sépaq

John McKay
Photo Julien Cabana Le président-directeur général de la Sépaq, monsieur John McKay, a dévoilé lundi la nouvelle image de marque de son organisation, dont tous les établissements seront réunis sous cette bannière.

Coup d'oeil sur cet article

Afin de ramener les gens vers la nature et de leur simplifier ce virage si nécessaire dans une société québécoise où les gens vivent à 80 % en milieu urbain, la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a décidé d’opérer un virage important en se dotant d’une nouvelle image de marque et d’outils pour permettre aux gens de découvrir la nature par ses différents réseaux.

« Nous voulons nous adapter aux besoins de la clientèle actuelle et développer tous les outils pour créer une relève parmi nos jeunes, d’expliquer le président-directeur général, monsieur John McKay, en entrevue à ses bureaux de Québec. Nous voulons nous adapter à la génération X et lui fournir les outils pour qu’elle découvre la nature québécoise, que ces jeunes comprennent bien et soient fiers de la richesse qu’ils ont avec cette nature qui leur appartient. »

Au lieu de se retrouver avec de nombreux logos différents, qui font souvent croire que certains établissements ne sont pas membres du réseau Sépaq, désormais, il n’y aura qu’un seul logo, celui de la Sépaq, qui sera le nom véhiculé avec, en sous-titre, si l’on peut le dire ainsi, le nom de l’établissement.

La nouvelle stratégie de la Sépaq tournera autour de cinq grands thèmes. On veut encourager les Québécois à se retrouver le plus souvent possible en nature, mousser la notoriété des territoires fauniques de la Sépaq, augmenter le taux de fréquentation, faire en sorte que l’organisation joue son rôle social et enfin aider à créer une relève chez nos jeunes. « L’an dernier, nous avons permis à plus de 500 jeunes de fréquenter le territoire des parcs. Ils ont grandement apprécié leur expérience, d’expliquer monsieur McKay. Nous sommes en mesure de constater qu’en jouant notre rôle de meneur dans le domaine de la nature au Québec, nous pouvons aider les gens de chez nous à mieux connaître leur nature. »

Des stratégies innovantes

Au cours des dernières années, avant d’entreprendre ce grand virage, la Sépaq avait commencé à poser des gestes concrets pour améliorer ses performances.

« Nous avons mis de l’avant différentes actions qui ont prouvé leur efficacité, ce qui a mené à de meilleures performances pour notre organisation, d’expliquer le PDG. Qu’on pense à l’Expérience famille, à l’Escapade des 24 heures pour la pêche, aux nouveaux chalets bâtis dans l’ensemble de nos établissements , à l’offre de chasse améliorée à Anticosti, autant d’exemples de gestes concrets qui ont porté fruit. »

Ainsi, le taux de fréquentation a atteint un record, en 2016-2017, avec 7,2 millions de jours-visites. Le taux de fréquentation a augmenté de 23 % en 2 ans. En été, la présence des enfants dans les parcs nationaux a augmenté de 46 % en deux ans, alors que pour la pêche, il y a eu une augmentation de 15 % des nouveaux pêcheurs en une seule saison. Pour la chasse à l’orignal dans les réserves fauniques, avec tous les services supplémentaires qui ont été offerts aux amateurs pour le même prix, on a enregistré une augmentation de 31 % des participants au tirage au sort en 2017.

Le PDG se plaît à mentionner les résultats d’une étude sur la nature menée par Environnement Canada.

« L’interaction directe avec la nature est une composante essentielle de la santé physique et mentale chez l’humain, comme l’expliquent de nombreuses études. C’est dans cet esprit que nous devons agir pour ramener les gens vers la nature du Québec. »

Mentionnons que la Sépaq, c’est 7200 sites de campings, 729 chalets, 545 hébergements en prêt-à-camper, 185 camps rustiques ou refuges, 266 sentiers de courte randonnée, 24 centres de découverte et de services, plus de 13 000 lacs. En haute saison, l’organisme emploie 3000 personnes.

EN BREF

L’HOMME PANACHE

Dans le cadre de sa dernière tournée à vie, le célèbre Homme Panache, Réal Langlois, sera de passage le vendredi 26 janvier prochain, à la salle du Club de golf alpin de Sainte-Brigitte-de-Laval. Il y présentera ses derniers films. Ce sera une dernière occasion pour les amateurs de chasse de rencontrer cet homme qui est devenu une légende avec ses chasses à l’orignal au Yukon. Pour en savoir plus sur la soirée, les coûts et les nombreux tirages, vous pouvez joindre le responsable, Daniel Parent, au 418-932-6679.

PÊCHE À LA JOURNÉE, MODIFICATION IMPORTANTE

Il ne sera plus nécessaire de planifier quatre mois à l’avance chacune de vos expéditions de pêche à la journée, dans les réserves fauniques du réseau de la Sépaq. Dorénavant, toutes les réservations vont se faire à une seule et même date, le 7 avril, ce qui vous rapproche beaucoup de la saison de pêche et de la réalité d’une planification plus facile. Pour les réservations en ligne, la Sépaq a mis en place une salle d’attente virtuelle, à l’image de ce qui se produit lorsque vous désirez acheter des billets de spectacle ou d’évènements sportifs. Le principe du premier arrivé, premier servi continuera de s’appliquer pour la réservation. Pour en savoir plus : 1-800-665-6527.

CHASSE DU DINDON, NOUVELLE VERSION

La nouvelle mouture de la formation Biologie, chasse et aménagement du dindon sauvage est maintenant en ligne, sur le site de Sécurité Nature, la filiale éducative de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs. Cette formation est obligatoire pour obtenir votre attestation officielle vous permettant de chasser le dindon sauvage. Elle est disponible en français et en anglais. Pour en savoir plus ou vous inscrire : www.fedecp.com.