/sports/golf
Navigation

LPGA : Anne-Catherine Tanguay et Maude-Aimée Leblanc amorcent la nouvelle saison

Anne-Catherine Tanguay et Maude-Aimée Leblanc amorcent la nouvelle saison

Anne-Catherine Tanguay
Photo Agence QMI, Darryl Webb Anne-Catherine Tanguay doit sa présence au sein du circuit de la LPGA à sa huitième place au classement final du circuit Symetra en 2017.

Coup d'oeil sur cet article

NASSAU, Bahamas | C’est l’heure de la rentrée au sein du circuit de la LPGA. Et la cloche sonne sur la magnifique île de Paradise Island, sous le chaud soleil des Bahamas. Il y a de pires destinations sur la planète pour se remettre au travail en plein mois de janvier.

Anne-Catherine Tanguay et Maude-Aimée Leblanc prennent d’assaut le Ocean Club à l’occasion de la Classique Pure Silk, premier tournoi de la saison dès ce matin. Les paysages idylliques font oublier le retour au boulot. Certaines golfeuses se croient encore en vacances après deux mois de repos depuis le Championnat CME.

Les Québécoises ne sont toutefois pas aux Bahamas pour une visite touristique, loin de là. Tanguay a mérité sa carte de la LPGA grâce à sa huitième position au classement final du circuit Symetra en octobre. Elle veut démarrer sa nouvelle aventure du bon pied. Leblanc profite quant à elle d’un laissez-passer en vertu de son statut à temps partiel et souhaite encaisser un chèque assez imposant pour récupérer son statut à temps plein. L’an dernier, elle avait pris le 24e rang en remportant 12 300 $.

Elles se mesureront à 106 golfeuses, dont la première au monde, la Chinoise Shanshan Feng, et la championne de la course au globe CME en 2017, l’Américaine Lexi Thompson. Cinq des 10 meilleures golfeuses au monde sont d’ailleurs débarquées à Nassau cette semaine.

Excitation

Leblanc et Tanguay connaissent cet époustouflant parcours de 6625 verges à normale 73 redessiné par Tom Weiskopf en 2000. En plus d’allonger le parcours à la pleine distance de 7159 verges, l’architecte avait aussi débroussaillé le bord de mer afin de permettre des points de vue à couper le souffle.

« Je suis tellement excitée de commencer la saison, a émis Tanguay avant sa dernière ronde d’entraînement, hier. J’ai hâte de jouer. C’était une longue période hors saison. Le Ocean Club est un bon parcours pour mon jeu long. Je vais devoir m’adapter au grain du gazon des verts. Le Bermuda grass est un grain très fort ici. Il ne faut pas se poser trop de questions en exécutant les roulés. »

L’an dernier, Lexi Thompson avait livré une chaude lutte à sa compatriote américaine Britanny Lincicome en retranchant 26 coups à la normale, un record. Lincicome l’avait finalement emporté en prolongation.

Puissants vents à l’horizon

La donne sera différente cette année puisque dame Nature lancera un bon défi aux golfeuses. Selon les prévisions météorologiques, les vents souffleront de 30 à 45 km/h lors des deuxième et troisième rondes. Des rafales soufflant jusqu’à 65 km/h provenant de l’océan devraient aussi déferler sur les trous près de la mer. Ces conditions forceront les joueuses à faire confiance à leurs trajectoires d’attaque.

« Il y a quelques fois où il faudra viser la plage en espérant que le vent ramène la balle sur l’objectif, a expliqué Lincicome, sans exagérer. Il faudra faire avec le vent et ne pas se fâcher. »

« C’est un parcours assez large qui pardonne, mais avec les vents annoncés, on ne sait pas ce qu’il peut nous réserver, a précisé Leblanc. C’est la grande difficulté de ce terrain. Si c’est calme, les scores descendront et ce sera encore un concours de coups roulés. »

Selon la Canadienne Brooke Henderson, les occasions d’oiselets sont nombreuses, surtout sur les normales 5, dont deux mesurent moins de 500 verges.

« J’ai appris à jouer au Ocean club depuis quatre ans. Il est toujours en parfaites conditions. Il faut saisir ses chances et établir les trous où il faut faire des oiselets et les autres où il faut accepter les normales. Dès le départ, nous avons de bonnes chances de plonger sous la normale. »


► L’an dernier, Lexi Thompson avait enregistré une carte de 61 (-12) en deuxième ronde de ce tournoi. Il s’agissait de la deuxième meilleure ronde par rapport à la normale dans l’histoire de la LPGA.