/sports/football
Navigation

Antony Auclair heureux de sa progression dans la NFL avec les Buccaneers

Antony Auclair s’est dit fier de sa première saison dans la NFL à Tampa Bay et se remet au travail cette semaine afin de poursuivre sa progression.
Photo Stevens Leblanc Antony Auclair s’est dit fier de sa première saison dans la NFL à Tampa Bay et se remet au travail cette semaine afin de poursuivre sa progression.

Coup d'oeil sur cet article

Après trois rares semaines loin du football, Antony Auclair est à même de réaliser à quel point il a accompli au terme d’un long tourbillon de plusieurs mois qui l’a propulsé jusqu’à Tampa Bay, chez les Buccaneers. «Le mot qui résume ma saison, c’est la progression», a-t-il expliqué lors du bilan de sa première saison dans la NFL.

L’ailier rapproché et ancien du Rouge et Or était de retour pour une première fois au PEPS de l’Université Laval. À pareille date l’an passé, il se faisait remarquer par les dépisteurs au East-West Shrine Game, en Floride. Deux mois plus tard, 17 équipes de la NFL l’épiaient lors de son «Pro Day» au PEPS, avant qu’il se rende aux quatre coins de la ligue pour passer des entrevues.

Tout de suite après le repêchage, il s’entendait à titre de joueur autonome avec les Buccaneers, avec lesquels il a fait sa place au camp d’entraînement avant d’enfiler l’uniforme lors de huit matchs cette saison, dont les sept derniers. Comme baptême de la NFL et de tout ce qui vient autour, Auclair a été servi.

«Ça a été une longue et une grosse saison. J’ai été patient avec tout ça et les coachs l’ont été avec moi aussi. C’était important. Vers la fin, c’était un autre monde, honnêtement. Tout était plus facile. Je me suis beaucoup amélioré tout au long de la saison», a constaté celui qui s’est réhabitué au froid québécois, après avoir négocié avec l’humidité de Tampa à l’entraînement.

Pas de complaisance

À l’issue du dernier match de la saison, le 31 décembre dernier, Auclair a rencontré l’entraîneur des ailiers rapprochés, Ben Steele, afin de revenir sur ses premiers pas dans la grande ligue et préparer la prochaine saison.

«Ce n’était que du positif», a assuré le numéro 82. Il me dit de continuer comme ça et de bien m’entraîner pour continuer de progresser l’année prochaine.»

Antony Auclair s’est dit fier de sa première saison dans la NFL à Tampa Bay et se remet au travail cette semaine afin de poursuivre sa progression.
Photo Stevens Leblanc

Au final, Auclair a évolué à l’offensive et sur les unités spéciales dans plusieurs situations. Il a aussi capté ses deux premières passes, pour des gains de 25 verges.

«J’ai atteint mes objectifs, mais tu veux toujours en faire plus. Je n’ai jamais été satisfait», a-t-il résumé.

«C’est sûr que c’est encourageant, mais dans la NFL, il n’y a jamais rien de garanti. Il faut que je continue de travailler fort et que je m’améliore parce qu’on ne sait jamais qui peut arriver en arrière et tu dois être prêt à affronter la compétition», a ajouté celui qui espère capter de 10 à 15 passes l’an prochain, tout en développant sa constance dans toutes les phases de jeu.

Grand soulagement

Cette constance, Auclair aura l’opportunité de la développer dans la continuité. Au cœur d’une décevante campagne de cinq victoires et 11 défaites, les Bucs ont été la cible de nombreuses rumeurs de congédiement de l’entraîneur-chef Dirk Koetter.

Les rumeurs ne se sont pas matérialisées et Auclair s’en réjouit. Trop souvent dans la NFL, un nouveau régime montre la porte à bien des joueurs issus du régime précédent et l’ailier rapproché ne souhaitait pas tout recommencer.

«C’est un énorme soulagement», a-t-il admis. On parle du gars qui m’a donné ma chance dans la NFL. Le livre de jeux reste là et je cadre bien avec. Pour moi, des changements importants dès ma deuxième année, ça aurait représenté un stress. Ce n’est pas juste pour moi, mais pour le reste des troupes. On l’a vu à notre dernier match quand on a su qu’il restait, ça a vraiment paru.»

Auclair reprend l’entraînement cette semaine et remettra le cap sur Tampa en avril, pour les premiers entraînements printaniers.

Des valeurs du Rouge et Or bien ancrées

Antony Auclair s’est dit fier de sa première saison dans la NFL à Tampa Bay et se remet au travail cette semaine afin de poursuivre sa progression.
Photo Stevens Leblanc

À sa première saison dans la NFL, Antony Auclair a perdu plus de matchs qu’en quatre ans à l’Université Laval. Une situation particulière à laquelle il a été contraint de se familiariser malgré lui.

«On n’a pas été habitués à ça ici», a-t-il dit en faisant référence au Rouge et Or.

«J’en parlais justement avec OJ Howard (produit du Crimson Tide de l’Alabama). Tu vois vite des comportements. Certains coéquipiers réagissent et c’est positif ou négatif. Tu essaies de garder les valeurs que tu as apprises ici ou à Alabama en essayant d’être un leader là-dedans. Ce n’est pas facile, mais à la fin de la saison, il y en a qui se levaient et qui étaient des recrues», a raconté Auclair.

C’est là une déclaration qui a plu à son ancien entraîneur-chef Glen Constantin.

«Tranquillement, il va prendre sa place en tant que leader, même s’il ne sera jamais le leader vocal de l’équipe comme un quart-arrière. C’est le fun de voir que nos valeurs lui sont restées. La ligne est très mince dans cette ligue-là entre victoire et défaite, mais tu dois donner ton plein effort à tous les jours et ça, il l’a bien compris», a-t-il souligné.

Coéquipiers curieux

Après sa première saison dans la NFL, Auclair constate par ailleurs que les liens ont été tissés plutôt aisément dans le vestiaire, même si une adaptation à son nouveau monde a forcément été nécessaire. En ce sens, il estime que ses coéquipiers lui ont facilité la tâche.

«Je me suis fait de bons amis là-bas. C’est sûr qu’au début, ils riaient de moi avec mon accent et ça me fâchait, mais ils utilisaient ça pour se rapprocher de moi et c’est apprécié.

«On m’a posé toutes sortes de drôles de questions. Est-ce qu’on a un Noël et est-ce qu’on passe l’Halloween au Canada? Des fois, ils ne semblent vraiment pas conscients de ce qui se passe ici», a-t-il rigolé.

Même si la saison des Buccaneers est chose du passé, Auclair prend toujours plaisir à observer les présentes séries dans la NFL. Pas question de se prononcer, toutefois, sur le gagnant du 52e Super Bowl!

«C’est sûr que je regarde les séries, c’est intéressant. Je continue de m’améliorer en regardant ce que les joueurs font. Je n’ai pas de prédiction pour le Super Bowl, mais j’aimerais que les Eagles gagnent. C’était mon équipe quand j’étais jeune et je suis content de les voir là.»