/opinion/columnists
Navigation

Hochelaga: erreur sur l’accusé

Coup d'oeil sur cet article

Allez voir Hochelaga : terre des âmes ! Ma collègue Sophie Durocher me semble trop sévère à l’endroit de ce film, qu’elle a décrié dans ces pages, même si le fond de sa critique est vrai. Ce long métrage fausse la réalité historique dans le but de nous culpabiliser.

Nos aïeux étaient si peu nombreux et si éparpillés de par le continent que l’alliance avec les Autochtones et l’apprentissage de leurs langues étaient une nécessité. Ils étaient obligés d’être gentils.

Or, le film présente nos ancêtres comme des génocidaires... un portrait qui serait exact pour décrire les rejetons du Mayflower et ces habitants de la Nouvelle-Angleterre qui ne communiquaient avec les Indiens qu’à coups de fusil...

Humiliés de concert

Comme de raison, le film axe son intrigue sur les Mohawks... la seule nation majoritairement hostile aux Français et fanatisée par les habits rouges. Ils étaient partis de Montréal depuis 70 ans quand Champlain y a remis les pieds.

Il est ridicule de prétendre réconcilier les Français et leurs anciens alliés puisque le « génocide culturel » à l’encontre de ces derniers est le fait du régime anglais, puis de la Confédération de 1867... alors même que les Français se faisaient eux-mêmes humilier et recaler dans la misère.

Coupables d’avoir perdu

Depuis la grande paix de Montréal de 1701, nos aïeux formaient avec une quarantaine de nations amérindiennes une sorte de « peuple ». Les Américains appellent notre guerre de sept ans la French and Indian War. Cessons de nous attribuer à tort le crime commis par les Anglais après nous et malgré nous. La preuve : le chef Pontiac refusera de reconnaître la conquête britannique et rêvera de reprendre le Canada pour y créer un État Franco-Indien...

Pourtant, je vous recommande d’aller voir Hochelaga : terre des âmes. Ce film nous fait revivre l’histoire dans des décors on ne peut plus justes pour camper le séjour de Jacques Cartier chez les Iroquois, l’hôpital de Ville-Marie (même si on ne voit pas Jeanne Mance... dommage) et la fuite des Patriotes poursuivis par les Anglais. Juste pour ça, ça vaut la peine.