/sports/hockey/remparts
Navigation

Match des espoirs : de bons souvenirs pour Pascal Laberge

Portant le numéro 9, Pascal Laberge avait enfilé deux buts avant d’ajouter une passe sur le but gagnant des siens, guidant Équipe Orr vers un gain de 3-2 sur Équipe Cherry.
Photo d'archives, AFP Portant le numéro 9, Pascal Laberge avait enfilé deux buts avant d’ajouter une passe sur le but gagnant des siens, guidant Équipe Orr vers un gain de 3-2 sur Équipe Cherry.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a deux ans, Pascal Laberge faisait écarquiller bien des yeux sur la patinoire du Pacific Coliseum de Vancouver dans le cadre du match des meilleurs espoirs de la Ligue canadienne.

Le patineur de Châteauguay avait enfilé deux buts avant d’ajouter une passe sur le but gagnant des siens, guidant Équipe Orr vers un gain de 3-2 sur Équipe Cherry, en plus d’être nommé joueur du match. Quelques mois plus tard, les Flyers de Philadelphie le sélectionnaient au deuxième tour à la séance de sélection annuelle de la LNH.

«Ce match a ouvert les yeux à pas mal de recruteurs. Souvent, les Québécois sont moins sous le radar. Ceux qui ont de bons matchs vont augmenter sur la liste. C’est impressionnant. J’avais rencontré Bobby Orr, qui était mon coach, et j’avais pris une photo avec lui. C’est un souvenir que je vais garder toute ma vie», a souligné Laberge quand on l’a invité à revenir sur cette rencontre du 28 janvier 2016.

Pierre-Luc Dubois, qui allait par la suite être choisi au troisième rang au total par les Blue Jackets de Columbus, s’était également illustré avec une récolte d’un but et deux passes. Jeudi soir, le Suisse Philipp Kurashev représentait les Remparts à cette classique annuelle disputée à Guelph.

«Ça avait été une très belle expérience et Philipp doit en profiter. C’est le fun de se comparer aux autres gars qui sont classés [en vue du repêchage]. C’est un match dont je vais me rappeler toute ma vie», a renchéri l’attaquant de 19 ans.

«Je ne crois pas que tu peux perdre des points, mais tu peux en gagner. Si tu veux impressionner un recruteur en chef ou un directeur général, c’est la place. Pour les joueurs, c’est le fun de pouvoir se comparer aux autres espoirs», a dit pour sa part le pilote des Remparts, Philippe Boucher.