/sports/golf
Navigation

Il rêve au Championnat mondial de golf des sourds

Alex Ouellet
Photo François-David Rouleau Alex Ouellet a frappé ses premières balles de golf à l’âge de trois ans.

Coup d'oeil sur cet article

N’importe quel golfeur rêverait de ne pas entendre un son au moment de frapper sa balle. Atteint de surdité profonde, Alex Ouellet n’a pas ce problème. Son handicap l’avantage dans la pratique de son sport.

L’athlète de 27 ans chérit un rêve, celui de participer de nouveau au Championnat mondial de golf des sourds afin de se démarquer parmi les joueurs confrontés aux mêmes difficultés de communication que lui.

Cette année, le tournoi aura lieu en Irlande, sur les parcours de Carton House, dessinés par Colin Montgomerie et Mark O’Meara. Ouellet n’a jamais mis les pieds dans ce coin du monde. Animé par la passion de gagner, il ne veut surtout pas rater ce rendez-vous.

Il cherche toutefois à rassembler les fonds nécessaires pour s’envoler vers la capitale Dublin à la fin de juillet. Il prévoit un budget de 5000 $ afin de couvrir les frais de transports, d’hébergement et les dépenses reliés au tournoi.

« J’ai hâte de voir et de jouer sur ces parcours. Je sais qu’ils sont beaucoup plus difficiles. Ce sera un bon défi », a fait savoir Ouellet par l’entremise de sa belle-mère, France, en utilisant le langage des signes américains lorsque rencontré par Le Journal de Montréal.

« Je suis prêt à tout pour pouvoir aller là-bas si les gens veulent bien m’aider financièrement. Je suis même prêt à faire des échanges de services », a ajouté celui qui a une formation de briqueteur, mais qui travaille dans un commerce de portes et fenêtres des Laurentides en raison des difficultés à trouver un emploi dans son domaine avec son handicap.

« Je suis tellement heureux lorsque je suis sur un terrain de golf. Je suis dans mon élément et dans des événements comme le championnat mondial, je rencontre des gens sourds qui vivent les mêmes choses que moi. »

Barrière de communication

Neuf fois champion québécois, Ouellet a gagné sa participation en terminant au second rang du Championnat canadien sur le parcours du Diable à Mont-Tremblant l’été dernier. Il fera ainsi partie de l’équipe canadienne regroupant les six meilleurs golfeurs au pays. Il prendra part à ce championnat mondial une quatrième fois. En 2012, il avait terminé au cinquième échelon au Japon, son meilleur résultat.

D’ici là, il est déjà à l’entraînement dans les simulateurs de la grande région de Montréal. Quand le printemps cognera à la porte, il espère trouver un endroit pour peaufiner son élan et multiplier les rondes de pratique.

Celui qui a commencé à frapper des balles à l’âge de trois ans a toujours

possédé un talent inné. Issu du programme sports-études de Boucherville, il affiche un handicap de 5 sur le parcours. Il n’est pas rare de le voir plonger sous la normale.

Lorsqu’il se pointe sur un tertre de départ, non seulement ses compagnons de jeu sont-ils bouche bée de serrer la pince à un golfeur sourd et muet, mais ils le sont encore plus en l’observant s’exécuter.

« Une chose est sûre, c’est qu’il sait frapper une balle en tabarouette, s’est exclamé son ancien patron, le directeur général du club de golf Château-Bromont Martin Ducharme. Je suis très fier de son parcours. C’est un jeune qui dégage un charme incroyable. Il est souriant. Nos clients étaient charmés par son approche. »

Malgré ses problèmes de communications, M. Ducharme l’avait engagé pour accueillir les clients au club de golf. Il avait fait fureur. Ni une ni deux, il avait également donné des leçons. Tous avaient su s’adapter en communiquant de manière efficace.

« Être sourd n’empêche pas d’être bon au golf. Le point positif, c’est que je n’entends pas les autres autour de moi, a justifié Alex, un peu moqueur. Je ne suis donc pas déconcentré. »

► Pour soutenir Alex Ouellet, il suffit de visiter sa page web sur le site www.gofundme.com